Bienvenue, Invité.
Mot de passe oublié ? S'inscrire ? Courriel d'activation ?

Poisson malade : les bons réflexes  (Lu 6549 fois)

Adda

  • Messages: 125
Mon poisson est malade, que faire ?
Identifier la maladie d'un poisson est parfois aussi difficile que trouver une crevette dans un bac hollandais. Il faut savoir cependant que dans largement plus de la moitié des cas, le problème est du à un souci de maintenance (défaillance ponctuelle d'entretien, oubli, méconnaissance...) et que le rétablissement du bon équilibre du bac suffit souvent à rétablir le poisson en même temps.
 
Chercher de l'aide : Formuler sa demande
 
Le bon réflexe de chercher de l'aide auprès des aquariophiles sur un forum doit être accompagné d'un maximum de renseignements si l'on veut trouver une réponse rapide et aussi précise que possible. Trop souvent le manque de précision laisse les questions sans réponses, ou en amène d'autres qui prennent un temps fou... on finit parfois par s'y perdre et pendant ce temps le poisson se meurt.
 
En cas de problème avec l'un de vos protégés, pensez à indiquer autant que possible :
 
- les paramètres de l'eau (pH, GH, nitrites, nitrates...)
- la population présente et le volume du bac
- la date (approximative au besoin) de mise en eau du bac et celle de l'introduction des poissons
- une description aussi détaillée que possible du ou des problèmes (comportement, aspect, localisation...). Une petite photo, aussi NETTE que possible, est souvent un plus.
- s'il y a eu des évènements récents dans le bac : introduction de nouveaux poissons, changement d'aquarium, traitement... ou hors du bac : travaux dans la pièce par exemple
- l'entretien habituellement pratiqué : fréquence et volume des changements d'eau, éventuellement manière de procéder
- la nourriture donnée, quantité et fréquence
- l'espèce concernée : ça peut paraitre évident mais ce n'est pas inutile de le préciser  :tong:
- les traitements déjà donnés si le problème est présent depuis un moment (et le ou les résultats que cela a donné)
 
Les bons réflexes en attendant...
 
1 - En attendant les réponses on ne panique pas et on ne touche à rien sauf extrême urgence
2 - Inutile de se précipiter sur les traitements divers et variés pour colorer tout le bac en vert fluo ou bleu : on ne traite pas une maladie sans l'avoir identifiée aussi précisément que possible, cela pourrait être pire que mieux d'autant que certains poissons et invertébrés supportent mal la plupart des composés médicamenteux. Quelque soit l'espèce un traitement n'est jamais anodin.
3 - Malgré tout il n'est pas inutile de faire un bon changement d'eau dans le bac concerné (eau utilisée habituellement donc aux mêmes paramètres et déchlorée bien sûr)
 
Il n'est pas toujours utile d'isoler un poisson malade, cela peut au contraire l'affaiblir plus encore alors que ce n'était pas expressément nécessaire. Une manipulation est toujours stressante pour nos écailles et on réservera l'isolement pour un traitement particulier, un poisson agressé par ses colocataires ou un risque évident de contagion par exemple.
 
Bac hopital
 
Dans tous les cas il vaut mieux être muni d'une cuve hopital au cas où. Trop nombreux sont les poissons qui se retrouvent dans un seau ou un saladier devant leur propriétaire désarmé ! Cette cuve sera nue (pas de sol ou juste une poignée de sable pour enlever l'effet miroir du fond) et munie d'un chauffage. Le filtre n'est pas utile puisqu'on effectuera des changements d'eau réguliers pour le malade. On peut éventuellement installer une petite cachette où le malade ira se réfugier en gardant cependant en tête qu'il faut pouvoir l'observer si on le souhaite (une pierre plate ou une ardoise posée en biais contre une paroi de la cuve fait très bien l'affaire)
 
Le bac hopital sera bien sur rempli d'une eau aux mêmes paramètres que le bac d'ensemble. Il faudra y faire quotidiennement des changements d'eau à raison d'environ 2/3 du volume (mêmes paramètres et déchlorée).
 
Bien évidement on ne passera pas le matériel ayant servi pour le bac hopital dans le bac d'ensemble sans l'avoir soigneusement désinfecté : épuisettes, tuyaux et autres accessoires peuvent transporter parasites et maladies. Idem pour les mains qu'on lavera avant et après avoir fait trempette dans la chambre du malade.

- 9 11 2005, mise à jour 11 03 2007 -