Sewellia sp.  (Lu 556 fois)

  • Animateur
Bonjour,

En cours de construction.

Photos perso quand ce n'est pas précisé.
Fil de discussion consacré à la suite exclusivement aux Sewellia et apparentés.

Avant propos :
Leur offrir un petit habitat aussi proche que possible de leur milieu naturel est un atout pour une bonne maitenance et envisager leur reproduction. Et après c'est la Nature qui décide. Ceci est juste le partage d'une expérience et d'une passion récente. Vous pourrez aller à l'essentiel du point de vue aquariophile en parcourant les chapitres "Habitat" et "Aquariophilie".

Photos perso quand ce n'est pas précisé. Suite à venir.

Introduction :
Les poissons à ventouses et barbillons sont malheureusement encore vus par certains amateurs et vendus dans le commerce aquariophile en tant qu'espèces subalternes destinées à "faire le ménage". Ce point de vue utilitariste est heureusement de moins en moins répandu, il est de plus en plus fréquent de leur consacrer un bac spécialement aménagé à ces espèces qui peuvent déclancher une passion.
Cet article consacré aux Sewellia n'est là que pour partager des informations, aussi bien scientifiques que basées sur des constats personnels. Les citations y seront courtes, et les sources citées.
  • Animateur
Origines géographiques :
- Vietnam du 13ème au 16ème parallèle Nord. Présence signalée au Laos. 

La famille :
- C'est littéralement une loche, à l'instar des loches de nos rivières, des kuhlis, des botias. C'est flagrant pour les alevins au début de leur développement.

Un alevin, 10mm environ, juvénile pas encore specialisé comme les adultes, les ventouses ne sont pas formées. Il repose sur l'extrémité des nageoires pectorales et pelviennes, le corps n'est pas plaqué à la roche :


A comparer à une loche franche "bien de chez nous" (source : https://www.peche-cevennes.com/Admin_parent/EXPERT/01-poisson/poisson-douce-loche-franche.html ):


6 barbillons, le reste à l'avenant. La similitude est frappante.

Description :
Leur spécificité est leur spécialisation qui leur permet de se coller aux roches par les 2 ventouses formées par modification des nageoires pectorales et pelviennes, la bouche n'a pas de ventouse. La forme vue de dessus ou dessous est celle d'un 8, la forme générale rappelle celle des raies torpilles.

C'est un cyprinidé, ordre très différent des "ventouses et barbillons" sud-américaines qui sont des siluridés. Cependant, ils partagent avec certains de ces derniers leur variabilité, parfois leur "patron" de coloration, leur inféodation au substrat, etc.. (convergence évolutive).

Ordre                     Cypriniformes
Super-famille        Gobitoidea
Famille                   Gastromyzontidae
Genre                     Sewellia

Leurs morphologie et adaptation ont été très documentées et expérimentées, voir cet excellent article https://www.biorxiv.org/content/10.1101/851592v1.full :


Toujours pour la morphologie, les alevins vont évoluer à partir d'une forme proche des loches, l'extension des nageoires, leur transformation en ventouses et l'aplatissement vertical du corps arrivant assez rapidement.
On peut faire un parallèle avec l'évolution morphologique entre différentes familles de balitoridés (genre maintenant séparé dans les nouvelles classifications). Quelques exemples :
ex protomyzon Yaoshania pachychilus : https://www.google.fr/search?q=protomyzon+pachychilus&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjhubKjxP_uAhVHXhoKHYhZBSMQ_AUoAnoECAoQBA&biw=1364&bih=669
Pseudogastromyzon                               : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pseudogastromyzon
Gastromyzon                                           : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gastromyzon

Puis les Sewellia qui sont notre sujet.

Comme développé dans l'article en lien ci-dessus, la spécialisation très aboutie vers la fonction ventouses impacte la structure du squelette, avec à l'avant la formation d'une plaque scapulaire, et d'une plaque pelvienne à l'arrière. Ces deux éléments rigides situés sur la face ventrale et très proches sont mobiles entre eux un peu à la façon d'un pivot, ce qui explique l'aspect unique des postures pendant la nage et le nourrissage où la surface du substrat est broutée par des déplacements latéraux de la tête en arcs de cercles successifs. La ventouse postérieure reste fixée au support rocheux pendant ces oscillatios de la partie avant.

Images C & D :
 


La progression en avant sur un support se fait par brusques déplacements successifs.
La nage en espace libre, très rapide, est assurée essentiellement par débattements latéraux de la partie caudale, dont la nageoire est bien développée.

La fonction ventouse, vitale pour ne pas se faire entraîner par le courant pendant le broutage ou les périodes de repos ne pouvant être assurée sur des substrats perméables tels que sable ou gravillons, ces espèces n'y séjournent que très peu et préfèrent fréquenter les surfaces lisses, telles que les vitres en aquarium ou les roches. Ce n'est donc pas une espèce de fond.
  • Animateur
En cours de rédaction.

Les différentes espèces :
Merci à Carine38 d'Aquadico qui m'a communiqué un lien sur cet article de Jörg Freyhof : https://www.researchgate.net/publication/228700221_Sewellia_albisuera_a_new_balitorid_loach_from_Central_Vietnam_Cypriniformes_Balitoridae Un des miens est très semblable au specimen de la figure 1. Il y a aussi une liste de 8 espèces avec carte de leurs répartitions, 330km du nord au sud :



Cela foisonne, il n'y a pas que le S. lineolata, une autre liste de 13 espèces issue de fishbase https://www.fishbase.in/identification/SpeciesList.php?genus=Sewellia :
Sewellia albisuera       
Sewellia analis
Sewellia breviventralis
Sewellia diardi
Sewellia elongata
Sewellia lineolata
Sewellia marmorata
Sewellia medius
Sewellia patella
Sewellia pterolineata
Sewellia songboensis
Sewellia speciosa
Sewellia trakhucensis

Les travaux d'identification les plus récents ne semblent avoir débuté qu'en 1998. Rien entre S. lineolata decouvert en 1846 et cette date. Plus rien depuis 2005. Mais entre l'exploitation coloniale et le début de la guerre d'Indochine 100 ans après, ces recherches ne devaient pas être une priorité.

La notion d'espèce reste floue en général pour un amateur dont je suis. Les patrons de coloration sont extrêmement variables, comme le montre cette jolie illustration empruntée à "L'Aquarium à la Maison" n° 101. Ces variantes ou espèces pas clairement identifiées sont proposées à la vente :



Voir aussi ce topic sur Seriouslyfish :
https://www.seriouslyfish.com/forums/topic/sewellia-lineolata-coloration-patterns/

Ajouter photos perso différente colorations Sewellia.
  • Animateur
Habitat :
En cours de rédaction.
Radiers de ruisseaux de montagnes, rivières larges à courant rapide. Climat tropical d'altitude, avec une saison sèche et une saison humide. Mares temporaires pendant la saison sèche.

Je vous laisse découvrir quelques photos de S. lineolata dans leur milieu naturel, à découvrir sur l'excellent site "Loaches Online" :
https://www.loaches.com/articles/sewellia-lineolata-natural-habitat-and-how-they-get-to-our-aquariums





Quelques remarques :
- Le milieu est présenté en saison sèche, mais pas en étiage. Les roches à nu sur les rives ont été charriées et erodées pendant les crues. L'absence de végétation sur celles-ci indique que ces crues peuvent être aussi violentes que fréquentes. La largeur du lit majeur sans végétation laisse pénétrer le soleil qui peut être quasi au zénith en juin sous ces latitudes. Ceci est favorable à la croissance d'un biofilm végétal, source abondante de nourriture pour les Sewellia.
La variabilité saisonnière des précipitations rend possible le quasi assèchement des ruisseaux, accentué par le pompage pour l'irrigation des cultures. Les Sewellia peuvent donc subir les variations considérables de leur environnement. On est loin dans la vidéo ci-dessous de la représentation un peu idyllique des photos précédentes :
 


Autre vidéo, eau claire et calme, fond vaseux :



Les quelques photos de l'article de Jörg Freyhof à propos de S. albisuera nous montrent une rivière large, à écoulement rapide mais non torrentiel. Il y mentionne un fond de sable. On peut donc en conclure à la vue de ces quelques éléments que suivant l'espèce pas toujours identifiable et la saison, leur habitat est beaucoup plus varié et moins exclusif que ce que nous exposent les différentes sources aquariophiles.


  • Animateur
Les Sewellia sp. en aquarium :

En cours de rédaction

Le bac "idéal" :
- La hauteur d'eau est sans importance, 20cm au dessus du substrat sont largement suffisants, voire favorables pour optimiser l'éclairement, un peu comme pour les bacs à boutures de récifs. Un paludarium, avec des sources lumineuses près de la surface pour favoriser la croissance des algues dont ils se nourrissent peut être une option intéressante.
- Une longueur de façade idéalement de 1m mini, pour l'espace de nage, et leur territorialité.
-  Couvercle ?
Une vidéo d'une évasion spectaculaire, et deux photos d'un des miens en situation assez limite. A l'usage, la couverture intégrale du bac ne semble pas utile. Les surplombs formés par les renforts de vitres suffisent, à condition que le niveau d'eau soit au minimum de 5mm en dessous. Sur un bac sans renforts, prévoir un cadre pour cette raison.
"La grande évasion" :






- Pour l'éclairage, il ne faut pas craindre d'être trop ambitieux en terme de puissance. Un ordre de grandeur de 100lm/litre (volume net) peut être dépassé sans problème, d'autant que les rampes LED sont pour la plupart dimmables. Pour la même raison, un éclairage direct du soleil n'est pas un inconvénient, le seul risque étant une montée incontrôlée de la température.
- Brassage, un courant marqué semble être favorable à leur maintenance. Là aussi, il ne faut pas craindre d'être ambitieux, un débit théorique de plus de 100 fois le volume net du bac n'y provoquera pas un tsunami. C'est plutôt quelques centimètres par seconde que vous obtiendrez, en comptant les diverses pertes dues au crépines, masses filtrantes, tuyauteries.
Une configuration courante est celle du "hillstram tank", avec des têtes motrices débitant dans une tuyauterie noyée dans le substrat pour obtenir un courant à tendance unidirectionnelle, comme dans les cours d'eau.
https://www.practicalfishkeeping.co.uk/features/articles/the-secret-to-setting-up-a-better-river-aquarium



Les pompes de brassage à hélices utilisées en récifal sont une option intéressante de par leur faible encombrement et un ratio débit/consommation beaucoup plus favorable que ceux des classiques filtres externes, à condition de leur adjoindre une préfiltration afin d'éviter d'y broyer les plus petits habitants du bac, par exemple crevettes naines ou alevins.

Installation personnelle :
3 pompes Tünze nanostream 5045, débit unitaire 4500l/h pour 7w chacune. Emboîtées et bloquée par vis sur du tube sanitaire PVC D40. Coudes à grand rayon. Fixation sur la vitre de fond.







Afin de supprimer le danger avéré de broyage des N. davidi, une "mousse bleue" à été ajoutée en amont des pompes (sur la droite du bac) :



A rédiger :

"Déco" sol, etc.
Plantes ou pas ?
Les paramètres.
La maturation du bac.
Comment acheter ? photos du reçu en VPC.
Le comportement et les colocataires.
Les repros.





  • Modosaurus
Hioula t'es motivé!!!! :merci:
  • Animateur
Motivé. Je rédige "dans mon coin" pour le moment, mais il faut aussi parler de "l'actualité".

J'en avais compté 2, puis 4, 19 aujourd'hui. Ils sortent de leur "période gravillon" presqu'ensemble. Les pectorales commencent à se former en ventouse. Ils restent assez groupés, et n'hesitent pas à s'intimider.
Ils ont largement de quoi brouter.

 



Si vous avez des expériences à partager, des questions, n'hésitez surtout pas.
Rien à dire puisque je n'y connais rien, mais merci pour le partage  :up:
C'est super intéressant
  • Modosaurus
  • Animateur
Constat du jour : confirmation que les plus petits alevins ne sont pas en retard de croissance, il y en a de plus en plus qui sont visibles. Donc a priori deux pontes successives aboutissant à une trentaine d'individus à part égale entre les deux tailles. En bref et dans le coin qu'ils affectionnent, ça grouille.
C'est sympa, oui @Lionel.Adam. J'ai mis les Chihiros à fond la caisse 4h par jour, durée totale 13h avec montée et descente progressives sur 4 heures 30 chacune, pour booster les "algues", car ils ont presque tout râpé les meilleures, genre spiruline rase, tapis de 3mm, ils adorent.

Pour la rédaction, ça avance un peu.

++++
  • Animateur
Bac un peu trop plein jusqu'au renforts, et hop, on vient goûter.





L'article est pas mal avancé, reste à finir la partie aquario. Remarques, questions, c'est open bar.
  • Modosaurus
Sympa ces photos hors du bac.