54 Litres Type "Débutant" : Population "Asie Du Sud Est"  (Lu 297 fois)

Véronique

  • Modosaurus
  • Messages: 6247
  • Total j'aime: 4
Un bac type facile à mettre en route et à maintenir sur le long terme. Des plantes de taille raisonnables et une population de petits poissons faciles à vivre, petits Cyprinidés, Rasbora, Borara, et de Betta


Matériel


Une cuve 54 litres du commerce "toute prête" contenant au minimum :

- un filtre interne mécanique et biologique
- un éclairage à 1 tube fluorescent type "daylight"
- un chauffage avec thermostat de min. 50W
- un couvercle amovible qui permette de nourrir sans contrainte

Vous pouvez également obscurcir la vitre de fond par un film autocollant appliqué sur la face extérieure, afin d’améliorer le contraste entre vos plantes et le fond du bac. De plus, cela donnera une "profondeur de champ" à votre bac, qui n’en paraîtra que plus grand.

Substrat

Pour le type de plantation envisagée dans un tel bac, un sol nutritif n’est pas indispensable, mais il est assurément un plus. On peut aussi utiliser des boulettes d’engrais solide type argile, à disposer en couche inférieure, sous le sable, aux endroit où les plantes vont trouver place.

Plantation

Pour ce faible volume, il faut choisir des plantes pas trop expansives, mais qui puissent donner une impression de profondeur. On utilisera par


C. wendtii brune
exemple 2 pieds mères de Cryptocorynes wendti "brune" en arrière plan sur un des côtés du bac, plantées devant le filtre, afin de le cacher un peu. En s’étoffant, elles développeront des stolons qui couvriront tout le fond en buissons, après quelques mois de croissance

En plan intermédiaire, on pourra installer dans une diagonale 3 à 5 pieds de Cryptocorynes parva, qui resteront plus petits et moins denses que la C. wendti. Ces plantes-là produiront elles aussi des stolons qui, à terme, se mêleront au bosquet arrière en créant une transition tout en douceur. On veillera également à laisser une plage de sable libre le long de la vitre frontale.


C. parva

L’objectif est de créer une structure de plantation en terrasses qui capture l’oeil du visiteur au premier plan par le banc de sable et qui l’amène délicatement en suivant une diagonale vers la hauteur sur le fond du bac.

Au final, une grosse touffe de Riccia fluitans flottant librement en surface atténuera la lumière et donnera une touche clair-obscur à votre nouveau bac.

Décor

Quelques galets d’une même roche complèteront facilement le décor. Vous pouvez profiter d’une promenade dominicale pour en ramener d’un ruisseau ou d’une plage voisine.

On utilisera le ratio suivant : 1 grand galet, 2-3 moyens, 5-6 petits qui reprennent une diagonale parallèle à celle des plantes. Cette diagonale viendra mourir sur le devant du bac, à l’opposé des grands pieds de Cryptocoryne wendti.

Faites attention à la taille et à la proportionnalité des galets. Ils ne doivent pas écraser la perspective et doivent rester plus petits que les plantes. N’oublions pas qu’il s’agit d’un aspect secondaire du décor.

Population


Venons-en maintenant à la population. Un si petit volume limite forcément les choix. Il nous faut donc penser à une population adaptée.

1ère proposition



Betta mâle
Un quatuor de Betta splendens habitera avantageusement votre création. Un mâle pour 3 femelles, afin que Monsieur ne passe pas ses nerfs fragiles sur ces dames... En effet, les Betta sont relativement peu plaisants avec leurs femelles. Il est donc nécessaire d’en fournir plusieurs afin de "diluer" l’agressivité du mâle.

Les femelles




Betta femelle
pourront trouver un abri dans les grandes feuilles de Cryptocorynes lors des crises de colère de Monsieur et le Riccia fournira un excellent support de ponte pour les nids de bulles de ces magnifiques labyrinthidés. Que ce soit pour les mâles ou pour les femelles, préferez des individus issus d’élevage de privés.

En effet, les poissons d’animalerie sont souvent "élevés à l’antibiotique", ce qui les affaiblis passablement. Une fois sevrés de ces médicaments, ils prendront la première bactérie venue. Une population uniquement axée sur un quatuor vous donnera l’assurance de ne pas trop charger en polluants le volume du bac et devrait vous permettre de profiter avec un minimum de contraintes de ce bac.

2ème proposition




Trigonostigma espei
Une population composée d’un seul et unique banc de 8 petits Cyprinidés, par exemple, des Trigonostigma espei ou T. hengeli, qui atteignent maximum 4 cms et vous raviront de leurs couleurs éclatantes.

Une variante possible consiste à remplacer les T. espei par un banc de 15 Borara brigittae


B. brigittae

qui atteindront une taille maximum de 2.5 cms. Ces poissons se trouvent moins facilement dans le commerce, mais sous réserve d’une acclimatation délicate, vous serez éblouis par leur coloration et leur comportement. De plus, étant plus petits que les T. espei, vous aurez une impression d’avoir un bac plus grand.

Pièges à éviter

Ne pas sombrer dans la surpopulation


Un petit banc d’une seule espèce sera beaucoup plus sain et facile à maintenir qu’une collection d’individus. On connaît déjà la règle du "1cm de poisson par litre d’eau réel". J’y ajouterais la règle tout à fait empirique suivante :

"le poisson le plus grand (long) ne doit pas dépasser le 10% de la longueur totale du bac."

Par exemple, pour notre 54 litres, qui fait une longueur totale de max. 50 cms, le poisson le plus long ne devrait pas dépasser 5 cms.

Ne pas sombrer dans le surnourrissage


Votre bac est un petit volume fermé, avec une très faible inertie. Toute pollution due à une mort non découverte ou à un surnourrissage aura immédiatement des impacts importants sur votre population et votre plantation.

D'autres propositions ici : http://ivanov.ch/bac-asiatique/
Véronique.
www.ivanov.ch