80 Litres Tanganyika Pour Neolamprologus multifasciatus  (Lu 497 fois)

Véronique

  • Modosaurus
  • Messages: 6252
  • Total j'aime: 5
80 litres Tanganyika : Neolamprologus multifasciatus.

Les cichlidés ne nécessitent pas toujours un bac de grand volume.

Par exemple, les Neolamprologus multifasciatus, endémiques du lac Tanganyika, peuvent former une colonie dans un bac standard de 80 litres.

Ce type de bac est souvent vendu « tout équipé » en magasin d’aquariophilie.

Vérifiez la présence dans l’équipement d’un filtre interne, d’une résistance chauffante de 50 W à 100 W, d’un tube fluorescent pour l’éclairage.

Prenez un bac avec une grande surface au sol (80 cm de façade au moins), car ces poissons vivent près du sol sans utiliser la hauteur d’eau. Donc il ne faut pas acheter un bac haut comme une colonne.

Le sol est composé principalement de sable, pas besoin de sol nutritif ni d’un éclairage intensif , car le bac sera peu planté.

Le décor est important, car il servira aussi de refuge et d’habitat aux poissons.

En effet, les Multifasciatus sont des conchylicoles, qui vivent dans des coquilles d’escargot.. Les femelles pondent dans ces coquilles, et plus tard les jeunes s’y réfugient en cas de danger.

Il faut donc couvrir une bonne partie du sol du bac d’une épaisse couche de coquilles d’escargots. Pour cela, vous pouvez utiliser des coquilles d’escargots de Bourgogne, ou de bulots de poissonnerie, après avoir les avoir très bien nettoyées.

Début d’installation de la couche de coquilles :



Ne lésinez pas sur la quantité de coquilles, dans le lac d’origine de ces poissons elles forment une couche qui mesure parfois plusieurs mètres d’épaisseur.

Vous pouvez alterner des zones de coquilles avec quelques pierres, sur lesquelles vous pouvez attacher des Anubia barteri. Une autre plante qui peut vivre dans les mêmes conditions est le Microsorum pteropus, bien qu’il ne soit pas d’origine africaine.

A partir d’un volume d’une centaine de litres, vous pouvez faire cohabiter 2 espèces de poissons : par exemple Neolamprologus multifasciatus et Julidochromis transcriptus.ou J. transcriptus, dickfeldi, ornatus Ou une autre espèce en remplacement du julido : Telmatochromis.

Julidochromis (et mâle multifasciatus à l’arrière plan) :




Dans ce cas, vous établissez des zones de coquilles, d’un côté du bac et une zone d’empilement de pierres, de l’autre côté, où logeront les Julidochromis.

Dans moins de 100 litres, mieux vaut se contenter d’une seule espèce.

Au niveau des paramètres de l’eau, les N.multifasciatus vivent en eau dure alcaline et chauffée (24-25°) La plupart des eaux du robinet leur conviennent donc.

Pour débuter votre colonie, le plus simple est de faire l’acquisition d’un groupe de 5 ou 6 juvéniles, et de les installer dans votre bac décoré, après les 3 semaines de cyclage réglementaires.

Au bout de quelques mois,une colonie se formera à partir de ces poissons , qui s’installera peu à peu parmi les coquilles.

Les Neolamprologus multifasciatus : Mères et leurs alevins







Au niveau alimentation, les multifasciatus ne sont pas difficiles. Des paillettes « tous poissons » leur conviennent parfaitement. Il faut éviter de leur donner trop souvent des vers de vase rouge, car les Cichlidés africains les mangent volontiers mais peuvent avoir des difficultés à les digérer.

Lorsque vous souhaiterez à votre tour diffuser vos multifasciatus, inutile d’espérer les pêcher à l’épuisette ! Ils sont rapides et vifs. Il vaut mieux les effrayer d’un mouvement brusque, et repérer dans quelle coquille se réfugie un groupe de jeunes. Il vous suffira ensuite de pêcher cette coquille sans la retourner et de la mettre dans un récipient rempli d’eau du bac, pour acheminer la coquille et ses locataires vers leur nouveau propriétaire.

© Pacu / Laurence