réaménagement de la fish-room et grand bac à raies...  (Lu 648403 fois)

Pour le brassage est le venturi tu place  la sortie de tes filtres juste sous la surface ?
Qu appelle tu le venturi ?
rien à voir avec un vrai venturi au sens technique...

en fait, j'ai rajouté deux puissantes pompes de brassage (Eheim et TUNZE) qui pulsent dans deux directions à 45° l'une de l'autre. Et sous la prise d'eau de ces pompes, je fais diffuser un sucre de pompe à air à 100 l/h en micro bulles, qui sont "hachées" dans le flux des pompes de brassage, sous la surface...

très efficace, mais très bruyant...

ça contribue à la bonne santé de mes gros consommateurs d'O2 et ça aide aussi à l'efficience des filtres, semble-t-il... en tous cas, la dégradation des cacas de Panaques est bien meilleure... et je peine à faire monter les nitrates... tant mieux... mais les plantes sont un peu claires des feuilles...
Quel référence pour tes pompes ?
Eheim est une pompe de remontée que j’utilise en direct dans le bassin juste sous la surface. 3600 l/h, flux cisaillant.

Tunze stream 8500 l/h flux large

Les deux aspirent des micro bulles et les broient et les pulsent en encore plus petites a 30 cm sous la surface, à peu près jusqu'à la moitié de la longueur du bassin...
très bon ratio d'échange gazeux
  • Animateur
ça contribue à la bonne santé de mes gros consommateurs d'O2 et ça aide aussi à l'efficience des filtres, semble-t-il... en tous cas, la dégradation des cacas de Panaques est bien meilleure... et je peine à faire monter les nitrates... tant mieux... mais les plantes sont un peu claires des feuilles...

Intéressant, l'effet ressenti sur la filtration !
Attention, je ne dis pas que la micro-oxygénation a un effet sur la filtration biologique.

Je constate seulement que les convections et le brassage contribuent à détruire les amas (déjections, sédiments, reliquats végétaux), et que les filtres les éliminent mieux.

  • Animateur
Il y a probablement le double effet du brassage renforcé et de l'oxygénation supplémentaire. Avec davantage d'O2, les bactéries sont normalement plus nombreuses / plus actives.
  • Modosaurus
Tu peux me rappeler ce que tu as comme pompe dans ton bac pour assurer le brassage?
je voudrais comparer avec le miens.
Filtres en Oase 8500 l/h 2x
Brassage en Eheim 3600 l/h 1x
Brassage en Tunze Stream 8500 l/h 1x
  • Modosaurus

Bon ça devrait aller de mon coté, je vais me prendre cette pompe de brassage:
https://www.manomano.fr/p/sunsun-cw-160-pompe-brassage-wavemaker-1700-20000-l-h-60w-controleur-3830928
plus les deux fois 6500L/h, qui devrait faire un p'tit peu moins avec la perte de charge.
j


Je pensais que tu avais aussi un monstre pour le brassage afin de faire un peu nage à contre courant aux arawana?
C’était le cas (tunze Stream 20m3/h), mais j’ai constaté que les 2x Oase 8500 l/h suffisaient à brasser toute la colonne d’eau.

Un filtre crache à mi hauteur du bassin, le deuxième crache à 30 cm sous la surface et crée des convections sous la surface.

L’arowana surfe volontiers sur ces courants.

L’oxygénation est assurée par les « venturi » sur les pompes de brassage qui aspirent les micro bulles et les pulsent plus loin
Bonjour

A tu eu des nouvelles pour l éventuelle acquisition d'un Pseudoplatystoma corruscans ?
Mort en l’état... pas d’envoi possible... et le Nord de l’Allemagne, c’est un trop gros risque à porter pour moi en transport
  • Modosaurus
Prends l'autre, il est aussi grand de toute façon!!?
D’autres priorités en ce moment qu’un fish-trip en Belgique ou en Allemagne... même problème, je n’assume pas le transport d’un +60 cm en box dans ma voiture sur presque 10 heures le trajet
  • Modosaurus
P'tit joueur...lol
  • Modosaurus
L'eau semble nickel maintenant!!
  • Admin.
Lio
POa l'eau est top !

"Merci assistant" mdr
Superbe et original comme poisson,bravo  :merci:
  • Animateur
Toujours impressionnants ces nourrissages !

Le volume d'eau semble plus bas que d'habitude, non ? Pourquoi préfères-tu le garder bas ?
j'ai une "rallonge" pour le trop plein, que je peux ajouter pour monter le volume à 12800, volume max du bassin. J'ai l'ai gardé plusieurs années à ce niveau, d'où la trace de calcaire sur la vitre. Cependant, maintenant que j'ai des "gros" poissons agités (Cichla principalement, qui déplacent beaucoup d'eau à chaque nourrissage), le risque qu'ils sautent ou qu'ils fassent ployer la vitre au-delà de son coefficient de rupture est trop grand.

J'ai donc (et ce depuis fin décembre, déjà, à la réintroduction) remis le niveau à 10'000 litres nets, pour rester avec une marge de sécurité.
  • Animateur
quelques photos des Piquiti






  • Admin.
Lio
ca une sacré gueule !
ca une sacré gueule !

une certaine affinité avec ses poissons... une très grande gueule moi aussi... :-)
Gros nettoyage trimestriel des filtres, avec aspiration de surface de la couche de mousse la plus haute, puis, siphonnage de fond par les ouvertures prévues à cet effet. Siphonnage attentif (mais quand même perdu quelques décilitres de sable) du sol et du dessous des racines. Changement d'eau (encore plus) massif que d'habitude, avec un 3'500 litres en une fois. Perte de température de l'ordre de 4-5 degrés.

ça donne ça, après changement... je découvre que j'ai la pompe du filtre 1 qui a pris soit du sable, soit une bulle d'air, mais qui fait un raffut de tous les diables...

je gérerai ça ce week-end.

Pour tes changements d'eau, le nombre de litres est toujours le même ou tu ajuste en fonction d un gros  nourrissage ou de tes filtres qui sont sale par exemple ?
je te fais un copier coller d'une réponse à cette question, qu'on m'a déjà posée sur Aquadico :

Alimentation ciblée pour les Cichla, les Astronotus et l'Arowanette qui reste : éperlans, moules, crevettes, encornet, poulpe et occasionnellement du vivant type criquet, vers de farine XXL, vairons, rotengles, tranches de truites fario de mesure mais trop petites pour l'assiette.

Alimentation ciblée pour les Raies : moules, crevettes, encornet, poulpe et granulés pour esturgeons

Alimentation ciblée pour les grosses ventouses Panaque schaeferi et Acanthicus adonis (+1 hystrix) : granulés à esturgeons, 1 boîte de NovoPleco XL de 2 litres par trimestre, 1 concombre/courgette par jour.
Donc, ma routine de changement d'eau filtration est la suivante :

2 fûts de 300 litres que j'ai refait en décembre à neuf, avec chacun une pompe OASE 8500 l/h posée entre des strates découpées à la mesure exacte du fût. Les strates, depuis le bas des filtres, sont composées d'une zone de décantation pour laquelle j'ai utilisé des tubes PVC de gouttière de 12 cm de haut. Sur ces tubes verticaux, sont déposées des mousses bleues grossières de 10 cm d'épais (achat spécifique d'un bloc de 200 x 100 x 10 cm, que j'ai découpé comme j'en avais besoin), puis un lit de 15 cm d'épais de pouzzolane en gravier concassé et de 30 kilos de céramique haut rendement genre SeraPond (ou équivalent), puis deuxième couche de mousse bleue grossière, puis pompe.

J'ai calé les pompes avec des découpes et des chutes de mousse bleue pour atténuer les bruits solidiens dans la structure du filtre et dans le bassin. Puis, j'ai encore calé une couche de galets de pouzzolane (genre balle de tennis, bien répartis sur une couche uniforme de 10 cm environ, sans chemin préférentiel), et j'ai fini sur 40 cm de mousse bleue fine.

L'eau pénètre un peu par le bas à travers deux ouvertures faites à la mèche cloche qui aspirent dans un courant assez puissant, mais aussi par deux autres ouvertures au tiers supérieur en face visible. Un autre flux lent, beaucoup plus large, passe par le haut du filtre, sur toute sa surface, sans chemin préférentiel, à travers les 40 cm de mousse bleue fine.

J'arrête les pompes et je siphonne cette surface quand elle devient trop brune (2 fois en 5 mois), et chaque semaine, je fais passer un tuyau flexible dans la zone décantation, par le flux d'entrée, pour en sortir des boues étonnamment peu épaisses.

Quant à ma routine de changement d'eau, c'est tous les lendemains de nourrissage 300-500 litres d'eau de conduite par débordement, et une fois par semaine, 1500-2000 litres en une seule fois (1h15 robinet ouvert à fond), par une canule qui balaie le fond du bassin.

mon eau de conduite est à 200 micro-siemens environ (selon la saison et les précipitations), je perds 5 degrés à chaque gros changement d'eau (de 31 à 26)

Tout ça étant très empirique mais surtout complètement irrégulier... j'observe principalement la respiration de mon Arowanette et des Cichla, gros consommateurs d'O2, et j'adapte en fonction.
et la réponse pour la température :

Je maintiens à une température de consigne de 28°C (seuil d'ouverture/fermeture du circuit d'échangeurs intégrés dans la dalle du bassin). Mais au vu de l'inertie, il y a plusieurs paramètres qui influent sur la température réelle :

- le volume horaire de ventilation de la pièce (en été, la fenêtre est fermée, mais en hiver, elle est ouverte en imposte pour éviter la condensation sur les coins supérieurs de la pièce)
- la température et l'ensoleillement extérieur
- le tirage du ventilateur d'extraction (jusqu'à 180 m3/h) couplé à la sonde d'humidité (paramétrée, selon la saison, entre 55 et 70 %)
- le nombre d'entrées/sorties par jour dans le local
- la consommation d'eau par les plantes aériennes/suspendues
- la concentration en NO3 liée à la nourriture, et donc, à la fréquence des changements d'eau
- la qualité/quantité de la dite nourriture
- le brassage de surface et l'évaporation liée
- etc...

En gros, je règle sur 25° en hiver, et j'arrive quand même à 28°. Et je règle à 28° en été, et j'arrive parfois à plus de 31° comme c'est le cas en ce moment...

Vu que c'est chauffé par la chaudière de la maison (à pellets de bois), ça se dilue dans les frais annuels, sans trop d'impact...

et les 63 m2 de panneaux solaires PV aident bien à réduire mes coûts électriques... de jour, en tous cas... et la nuit, il n'y a ma foi que les filtres et le brassage qui tournent... toujours déraisonnable, mais ça reste gérable.