Messages récents

#1
Matériel & Techniques spécifiques / Re : Aquascape, HQI et CO2
Dernier message par philippe2 - Aujourd'hui à 17:46 PM
Citation de: antoine88 le Aujourd'hui à 12:13 PM.....

J'ai aussi de quoi mesurer le TDS mais je ne m'en suis jamais vraiment servi.

....
Depuis quelque temps en "fish only", eau osmosée reminéralisée, le conductimètre est mon seul outil de mesure. Ma préférence va nettement et logiquement sur des valeurs en µS/cm, le TDS anglo-saxon est à mon humble avis qu'une approximation, et plusieurs échelles sont utilisées.
#2
Eau douce / Re : Aide choix poisson de fon...
Dernier message par philippe2 - Aujourd'hui à 17:39 PM
J'ai survolé l'article, ça ne paraît pas idiot comme base. Pour ajuster le taux de CO2 à injecter, faire une mesure de pH avant l'allumage de l'éclairage (ou évaluer le drop checker), et une autre au moment de son extinction.
Quelques jours après l'installation des plantes, si le pH monte de plus que 0,5 (ou le drop checker indique une baisse de CO2), il faudra injecter un peu plus (et inversement). Ce reglage au compte-bulles sera probablement à affiner avec la même méthode par la suite, suivant le développement des plantes.
#3
Eau douce / Re : Aide choix poisson de fon...
Dernier message par Jujuy - Aujourd'hui à 14:17 PM
Salut Philippe,
Honnêtement c'est un peu au dessus de mes connaissances de novice je pense.
Je parlais de la variation entre la diffusion et l'arrêt de la diffusion.
Ce que je sais, c'est que pour tester la bonne quantité de co2 je me suis inspirée de cette sources:
https://www.2hraquarist.com/blogs/choosing-co2-why/co2-system-101?_pos=2&_sid=02403cc15&_ss=r
Heureusement qu'il y'a un traducteur de page sur mon smartphone.
#4
Matériel & Techniques spécifiques / Re : Aquascape, HQI et CO2
Dernier message par antoine88 - Aujourd'hui à 12:13 PM
Salut et encore merci pour toutes ces précieuses informations  :merci:

Pour ce qui est du pHMetre j'ai un équivalent au tient avec sonde a part et contrôle 2 points que j'etalonne tous les 2 mois environ et qui est toujours très proche des valeurs 4 et 7 et qui me permet un contrôle en continu. 

J'ai aussi de quoi mesurer le TDS mais je ne m'en suis jamais vraiment servi.

Je verrais quand même pour me trouver une valisette de tests aquascaping, histoire de pas faire de la merdouille !

Et un drop checker qui me semble aussi être le plus simple et logique finalement. 

:merci:

#5
Matériel & Techniques spécifiques / Re : Prix au kg du CO2
Dernier message par philippe2 - Aujourd'hui à 11:16 AM
L'accès au normes est payant (et c'est prohibitif, à la limite du racket). Pour l'EN 3x, elle se décline comme ceci (Wikipédia) :


  • EN 3-1: Portable fire extinguishers. Description, duration of operation, class A and B fire test.
  • EN 3-2: Portable fire extinguishers. Tightness, dielectric test, tamping test, special provisions.
  • EN 3-3: Portable fire extinguishers. Construction, resistance to pressure, mechanical tests.
  • EN 3-4: Portable fire extinguishers. Charges, minimum required fire.
  • EN 3-5: Portable fire extinguishers. Specification and supplementary tests.
  • EN 3-6: Portable fire extinguishers. Provisions for the attestation of conformity of portable fire extinguishers in accordance with EN 3-1 to 3-5. Amendment 1
  • EN 3-7: Portable fire extinguishers. Characteristics, performance requirements and test methods.
  • EN 3-8: Portable fire extinguishers. Additional requirements to EN 3-7 for the construction, resistance to pressure and mechanical tests for extinguishers with a maximum allowable pressure equal to or lower than 30 bar.
  • EN 3-9: Portable fire extinguishers. Additional requirements to EN 3-7 for pressure resistance of CO2 extinguishers.
  • EN 3-10: Portable fire extinguishers. Provisions for evaluating the conformity of a portable fire extinguisher to EN 3-7.

Concernant le test hélium revendiqué, impossible de savoir s'il est imposé par la norme (méthode de contrôle et certification), ou s'il s'agit d'une option librement choisie par le fournisseur. De plus, on ne sait pas à quel niveau (sur quel périmètre) il serait appliqué : composant unitaire (réservoir) ; sous ensemble ; produit fini, et quel niveau maximum de fuite sont ainsi garantis ?

Petite parenthèse : Suivant les méthodes actuelles des services qualité des industries, on ne cherche pas la perfection (surcoûts), mais surtout sur des assemblages de composants de divers sous-traitants, on définit un niveau de défaillance quantifié en gravité et fréquence (ici fuites sur produit fini) acceptable dans le contexte d'une utilisation normée ou dans le but de conserver son image de marque. L'euphémisme pour désigner cela est « niveau de qualité acceptable ».
Ce qui exclut de façon pragmatique autant que philosophique la notion d'étanchéité parfaite qui est un terme abusif.

Ce qui n'empêche pas de chercher à identifier les extincteurs à poignée fuyarde dans notre usage détourné, avec le type de renseignements que tu as fourni.

Pour ceux qui utilisent un extincteur et qui passeraient sur ce fil, merci pour votre contribution.
#6
Matériel & Techniques spécifiques / Re : Prix au kg du CO2
Dernier message par Jujuy - Aujourd'hui à 08:27 AM
Salut  :merci:
Intéressant tes recherches cela permet d'avancer sur le sujet des fuites qui joue indirectement sur le coût au kg du co2  :-D

Concrètement pour mes expériences :

Je parlais de norme CE en effet cela n'est pas fiable, et aléatoire.

1) Le lien que j'ai posté (fire shop)ci dessous ne fuyait pas et était CE mais peut être un petit plus car :
« Afin d'assurer une étanchéité parfaite de nos produits, chaque extincteur est contrôlé en usine grâce à un capteur d'hélium haute sensibilité. » (est-ce obligatoire pour tous les normés CE (?)
2) le modèle que j'ai acheté(Fireless)qui fuyait était également CE mais assemblé en Grèce et non NF :
Vous ne pouvez pas voir les fichiers joints de cette section.

- on peut voir qu'elle type/modèle de poignée.

Le premier fuyard, le second envoyé en gratuité sav fuyait aussi.😅
3)dernier modèle acheté (un bras en terme de prix) mais CE EN3 et NF et tête/poignée certifiée :
Vous ne pouvez pas voir les fichiers joints de cette section.
Vous ne pouvez pas voir les fichiers joints de cette section.
Pour moi en résumé c'est le NF qui est CE EN3 qui le plus fiable (?)
Il faudrait dès retour sur des modèle NF défectueux pour en tirer une conclusion.
Nb: poignée plutôt acier inox pour celui qui fuit, poignée laiton/bronze pour le nf.
++++
#7
Matériel & Techniques spécifiques / Re : Prix au kg du CO2
Dernier message par philippe2 - Aujourd'hui à 07:02 AM
@Jujuy : merci pour l'info qui me semble pertinente.

Mais mon modeste avis sur les extincteurs, et la certification CE, laisse place à quelques incertitudes :

Ce sujet sortant de mon ancien périmètre professionnel, ce qui suit est évidemment parfaitement discutable. Ce qui est écrit en italique l'est pour souligner le doute, ou des infos non vérifiées.

1/ La mention de normes CE impose-t-elle l'absence de fuite au niveau de la poignée ouverte, ce qui nous intéresse en aquariophilie ? Faute de connaissance précise sur ces normes, c'est impossible à certifier.

2/ Une brève recherche «poignée extincteur CO2 » donne de nombreux résultats. Ce qui exclut des critères simples de sélection.
Vous ne pouvez pas voir les fichiers joints de cette section.
 
3/ Suivant les schémas suivants :
- En mode fermé (stockage), toutes ces poignées ont une étanchéité via une soupape autoclave, à portée conique métal sur métal, ou avec un joint. Cette étanchéité doit nécessairement être conforme aux normes, avec un taux de fuite acceptable garantissant la quantité de gaz liquéfié suffisante entre chaque révision (pesée et remplissage éventuel).
- En mode ouvert (ce qui nous intéresse), avec un détendeur connecté en sortie, la pression dans la poignée est identique à celle dans la bouteille (57 bars absolu à 20° de mémoire). Le problème de fuite se situe au niveau de la partie commandant la soupape, poussée par le levier.
- Il semble que certaines poignées sont équipées d'un joint à ce niveau, et d'autres non. Le problème vient de là, soit par absence de joint (choix de conception du fournisseur), ou par la dégradation de l'étanchéité dans le temps (vieillissement de l'élastomère, corrosion des parties métalliques).

A priori avec joint repère 14:
Vous ne pouvez pas voir les fichiers joints de cette section.


Sans joint, le repère 8 est un joint d'embase :
Vous ne pouvez pas voir les fichiers joints de cette section.

En conclusion :
Il semble impossible de donner des critères robustes de sélection de ces extincteurs. La norme CE reste un critère incertain (puisque tout ce qui est présent en recyclage devait respecter ces normes à leur date de commercialisation, et ont « en principe » été contrôlés régulièrement par des organismes certifiés, s'agissant de matériel de sécurité).
Une fuite à la poignée présente un danger potentiel d'asphyxie en cas de fishroom située dans une cave non ou mal ventilée, le CO2 étant plus dense que l'air.
Le puisage du CO2 dans les extincteurs est fait par un tube plongeur. Il est donc remonté en phase liquide jusqu'au détendeur. En pratique et à ma connaissance, cela ne pose pas de problème particulier avec des détendeurs « aquariophiles ».

#8
Matériel & Techniques spécifiques / Re : Prix au kg du CO2
Dernier message par Jujuy - Hier à 22:09 PM
Citation de: philippe2 le Hier à 17:13 PMIl faudrait pour ça pouvoir trouver des critères visuels distinctifs, entre celles qui vont et celles à éviter.
Vos photos des poignées, bonnes ou inutilisables en aquario, seraient utiles pour tenter de trouver ces critères (avec éventuellement un logo fournisseur, un N° de série, etc..).

Bonne démarche et idée, ou bien peut être plus simple;
signaler sur le forum si les extincteurs fuyards sont conforme à la norme CE.
Pour ma part,
- mon premier extincteur lien ci dessous:
https://www.amazon.fr/gp/aw/d/B06XC9QKSF?psc=1&ref=ppx_pop_mob_b_asin_title
N'a pas fuit et prix bas en plus norme CE.
- Les deux suivant quelques euros de moins cher mais non CE mais ils fuyaient.
- le dernier acheter bien plus cher environ 100€ ht, livré dans l'heure (!) mais pas de fuite car norme CE.
Ce jour là le livreur/vendeur m'a ensuite proposé des pre-reconditionnés pour 15/20€.
#9
En complément. Les limites vis-à-vis de la mesure du pH et du KH pour évaluer le CO2 sont :
- Imprécision de mesure du pH (0,1 point est déjà une très bonne précision avec des moyens amateurs).
- Imprécision de mesure du KH, interprétation de la colorimétrie. Une mesure à 1 point près est vraisemblable.
Sur le tableau ci-joint, ça laisse pas mal d'incertitude sur la concentration. De 10 à 23ppm, plus du simple au double dans le rectangle noir.

Du coup, le drop checker peut éventuellement se révéler à la fois plus simple et plus fiable. D'autant qu'il ne réagit qu'en fonction de la concentration en CO2, et qu'il n'est pas influencé par des sources acides autre que le CO2, contrairement au pH-mètre.
Vous ne pouvez pas voir les fichiers joints de cette section.
#10
Bonsoir,

1/ pH & mesure :
Pour le drop checker, la discrimination fine des nuances de vert et bleu (dans les turquoises) m'échappe un peu (beaucoup). Mais tout le reste du monde l'utilise... Mon choix de l'époque s'est porté sur un pH-contrôleur Dennerle, c'est du lourd (et cher) mais techniquement propre. En revanche la sonde immergée en permanence a une durée de vie limitée à 12 18 mois environ.
Concernant le pH-mètre, ceux qui ne s'étalonnent que sur un seul point (en général proche de la neutralité), ne valent rien, car la pente de mesure diminuant avec le temps (baisse de la concentration de l'électrolyte par effat d'osmose via le "verre" poreux de l'électrode), cela nécessite la possibilité d'étalonner sur deux points (pH4 et pH7 en général) voire sur 3 points (pH10 en plus) pour corriger cette pente de mesure. J'en ai vu passer de temps en temps un bon sur le catalogue Lidl, mais pas en rayon, dommage.

Contrairement au robuste conductimètre qui n'est à la base qu'un ohmmètre inversé qui affiche des 1/ohm, un pH-mètre est plus sensible à cause de la sonde et en conséquence le bon "protocole" de labo est :
- De stocker l'électrode dans une solution de KCl adaptée.
- De procéder à des étalonnages fréquents avant les mesures.

Un bon réactif colorimètrique, même du papier tournesol reste une meilleure solution qu'un pH-mètre mal stocké et non étalonné.   

2/ Conductimètre :
C'est un excellent outil de suivi pour un bac stabilisé, dont les apports ainsi que les évolutions des concentrations sont connus, avec des changements d'eau rythmés.
En revanche, en cas de lancement d'un bac neuf ou d'un gros changement d'orientation sur un bac existant, le seul suivi par l'EC ne permettra qu'un constat global, non analytique.
Ayant trop jeté de tests liquides périmés, ma méthode actuelle au lancement est de balayer large avec des tests en bandelette, éventuellement complétés par des tests dédiés, N P K, et Fe (comme traceur de l'ensemble des oligo-éléments), dans ton contexte aquascaping.
Dit autrement pour faire simple, que le Fe++ soit à 0 ou 0,1ppm, ce n'est pas le conductimètre qui permettra de le savoir.

++++