Types d'eau du bassin amazonien  (Lu 1647 fois)

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
Bonjour,

Un article qui devrait intéresser tous les fans d'AMS sur les différents types d'eau du bassin amazonien et leur localisation géographique:

Ríos-Villamizar, E. A., Piedade, M. T. F., Da Costa, J. G., Adeney, J. M., & Junk, W. J. (2013). Chemistry of different Amazonian water types for river classification: a preliminary review. Water and Society II, 178, 17-28.

Le PDF en libre accès: https://www.witpress.com/Secure/elibrary/papers/WS13/WS13002FU1.pdf

Laurent
Laurent C.
KCF 10065

philippe2

  • Animateur
  • Messages: 3519
  • Total j'aime: 18
Bonjour Laurent,

Merci pour ce partage. Les milieux naturels doivent rester notre référence. Bon, l'article est à lire à tête reposée, mais y voir :
Un pH de 4,39 pour des eaux claires, et une conductivité de 7,36µS/cm dans le rio Téfé, cela laisse rêveur.

Faut il en faire un dogme de maintenance ? Pour du sauvage peut-être.

Un autre aspect pour ce bassin amazonien très vaste, c'est sa variabilité. Voir les valeurs du Jurua bien plus minéralisé. A noter aussi la présence massive voire prédominante du Sodium (Na) dans ces eaux, vs Ca et Mg.

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
Le Jurua est effectivement plus minéralisé, mais on reste tout de même à une conductivité < 200μS/cm...

Faut il en faire un dogme de maintenance ? Pour du sauvage peut-être.

Non, il ne faut évidemment pas en faire un "dogme de maintenance". Mais ça permet de comprendre pourquoi certaines espèces ne se reproduisent pas, ou donnent un sexe ratio aberrant quand on les maintient dans ce que la plupart des aquariophiles considèrent comme une "eau douce", c'est-à-dire une eau au KH inférieur à 3 ou 4 °d. En réalité, une telle eau est déjà bien trop minéralisée pour eux... C'est le cas pour un certain nombre d'Apistogramma spp. ou de Crenicila spp. extrêmophiles, par exemple.

En fait, je lis souvent ici ou ailleurs l'idée fausse selon laquelle un KH nul serait dangereux... Or, tous les éleveurs sérieux travaillent en permanence avec un KH nul pour les espèces qui le demandent, sans que cela ne pose problème. J'ai moi-même eu de très nombreux bac en eau 100% osmosée (KH 0), et je n'ai jamais eu d'acidose ou autre catastrophe annoncée par les vendeurs de sels reminéralisants.
Laurent C.
KCF 10065

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
Autre info intéressante: les niveaux naturels de N03.... Et dire que les aquascapeurs en ajoutent dans leurs bacs :roll: Ça permet de comprendre qu'un "beau bac planté" est loin d'être toujours compatible avec de bonnes conditions pour les poissons. En même temps, en aquascaping, ils sont plus là pour faire "de petits oiseaux qui passent dans le ciel entre les montagnes" que pour l'intérêt qu'on leur porte.
Laurent C.
KCF 10065

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
(Désolé pour le pseudo-doublon avec un autre poste en cours, mais je trouve qu'il est intéressant de déposer ici quelques informations pertinentes issues du papier signalé.)


Tableaux tirés de Ríos-Villamizar et al. (2013, pages 20 et 22):

1. Les principales valeurs physicochimiques de quelques fleuves et rivières d'où proviennent de nombreuses espèces "amazoniennes" qui nagent dans nos bacs. Notez en particulier la conductivité de ces différentes eaux. Par ailleurs, on voit également que dès que le HCO3 augmente, le pH suit logiquement (cas du Rio Juruá):




2. Influence des saisons sur la conductivité. Les périodes de fortes pluies font logiquement diminuer la conductivité. Mais cette dernière demeure basse même au pic de la saison sèche (exemple de la Branco River à Caracarai):


Laurent C.
KCF 10065

Adam

  • Modosaurus
  • Messages: 7663
  • Total j'aime: 24
  • Taliban de l'aquariophilie
Trés interessant tout ça, belle découverte ce rapport.

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
(Comme déjà dit sur un autre forum,) je me suis rapidement amusé à regarder comment se comportent entre eux les différents éléments qui se retrouvent dans les eaux analysées.

Je suis parti des données du Tableau 1 (en copie dans mon message précédent). Sur cette base, j'ai fait un corrélogramme des variables mesurées (corrélations de Pearson), à l'exception de la coloration de l'eau. Ça donne ça:



Lecture du corrélogramme: plus c'est bleu, plus le coefficient de corrélation (R) positif est élevé (donc, plus la corrélation positive est forte), plus c'est rouge, plus le R négatif est élevé (donc, plus la corrélation négative est forte). Quand c'est très clair, c'est simplement qu'il n'y a pas de corrélation du tout. Là où il y a une étoile, c'est que la corrélation (positive ou négative) est significative (p<0.05). Ici, peu de choses sont significatives, car le N est minuscule...


Puis, j'ai cherché à déterminer ce qui influence le plus significativement la conductivité: la présence de bicarbonates (donc la "minéralisation" de l'eau) ou la présence d'azote (donc la "pollution" organique présente dans l'eau). J'ai conduit une régression linéaire avec ces deux variables (pas plus, car N=6...). Ça donne ça:



On voit donc que ce qui explique la (faible) conductivité de ces eaux naturelles, c'est la (faible) présence de bicarbonates, et non la (faible) présence d'azote (dont le symbole chimique est "N").

Les leçons que j'en tire, c'est que faire ses changements d'eau dès que la conductivité augmente, c'est une bonne pratique aquariophile. Clairement, les eaux naturelles sont ultra clean. En aquarium, ce qui tire la conductivité vers le haut, c'est bien souvent les nitrates qui s'accumulent. Hors, ça ne correspond visiblement pas à ce qui se passe dans la nature.

Attention: tout ceci n'est qu'un amusement de geek, pas de la science, hein :rire: On ne fait pas de la science avec N=6  :-p
Laurent C.
KCF 10065

philippe2

  • Animateur
  • Messages: 3519
  • Total j'aime: 18
Bonsoir, oulala, etc..

@Wein, merci d'avoir publié ces analyses. En revanche je suis surpris par la symétrie en diagonale des valeurs sur le tableau de la case "A1" = (pH; pH) jusqu'en bas à droite (Cl; Cl). Si on le replie sur cette diagonale, il me semble que toutes les cases du tableau se superposent.
Je ne comprends pas en fait.

+++

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
La diagonale est nécessairement R=1, car une variable corrèle toujours parfaitement avec elle-même.
Si ça t'embête, voici le même corrélogramme, sans la diagonale:



Toujours le même, mais avec des pies à la place des carrés:



Les possibilités sont quasi-infinies : https://cran.r-project.org/web/packages/corrplot/vignettes/corrplot-intro.html  :rire:
Laurent C.
KCF 10065

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
En fait, j'avais mal compris ta remarque ! La symétrie est normale: l'information contenue est redondante. C'est juste pour faciliter la lecture ligne par ligne. Je peux te le faire avec une information non redondante, mais tu ne peux plus le lire ligne par ligne. Le voici:


Laurent C.
KCF 10065

philippe2

  • Animateur
  • Messages: 3519
  • Total j'aime: 18
Pas grave pour l'incompréhension dont nous nous sortons mais pas complètement. Je suis lourd à la détente.

Un truc qu'il faudrait développer si tu peux le mettre à notre portée (même si "intuitivement" je le partage). C'est le taux de N (dont je suppose qu'il s'agit de NOx).
Ce que j'en comprends : une montée de la conductivité peut être due à l'augmentation de concentration en NOx. Rien de choquant sur le principe, l'EC n'a pas de valeur qualitative, c'est un bilan global.
En tires tu une méthode de maintenance ?




Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
Dans le papier, ils ont une variable qu'ils appellent "Total N (mg/l)". C'est donc le taux d'azote (N) sous ses différentes formes cumulées: nitrates (NO3), nitrites (NO2) et ammoniac (NH3), je suppose. Autrement dit, le taux de "pollution organique" qu'on mesure aussi en aquarium.

Ma question était de savoir si la conductivité mesurée dans les différents milieux était expliquée par ce taux total de N, la "pollution", ou si elle était principalement expliquée par le taux de bicarbonates (HCO3), la "minéralisation". En effet, la conductivité électrique de l'eau peut être influencée par ces deux facteurs. Ma régression linéaire multiple me montre que le facteur explicatif de la conductivité des 6 eaux testées s'explique par le taux de HCO3, et non par le taux total de N. Autrement dit, ce que mesure la conductivité dans ce cas, c'est la "minéralisation" de l'eau, en l'occurrence sa capacité à tamponner le pH, plutôt que sa "pollution" (attention, ces deux termes sont faux... les nitrates par exemple sont bien aussi une forme de "minéraux", un stade du cycle de l'azote).

Ma toute petite conclusion, c'est que ces eaux sont hyper clean, et que leur conductivité faible est le fait de la présence en faible quantité de bicarbonates. L'azote n'y joue pas un rôle significatif. En aquarium d'eau très douce, ce n'est pas nécessairement le cas. On constate généralement que la conductivité augmente progressivement. C'est le signe qu'elle se charge de matière azotée. Or, certains killiphiles, notamment, qui travaillent en 100% eau osmosée ou de pluie, pilotent leurs changements d'eau au conductimètre. Quand ils voient que la (faible) conductivité augmente, ils font un changement d'eau. C'est le signe que de l'azote s'accumule (ça ne peut pas venir d'autre chose, il n'y a rien de "minéral" dans leurs bacs). Du coup, ils procèdent à un changement d'eau. Je me dis qu'on pourrait travailler de la même façon en aquarium "amazonien". On aurait ainsi une eau qui se rapproche de l'environnement naturel: une eau dont la faible conductivité est essentiellement le fait de la faible présence de bicarbonates, et non de dérivés azotés...

Bref, c'est pas important comme point  :rire:  Ça revient juste à dire qu'il faut bosser en 100% osmosée dans un bac complètement dépourvu de substrats et de décors minéraux et faire de réguliers changements d'eau pour maintenir des nitrates non détectables... Dans ce cas, on peut savoir quand on doit faire un changement d'eau en suivant l'évolution de la conductivité (une mesure qui prend 7 secondes une fois par semaine).
Laurent C.
KCF 10065

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
Précision importante: je ne suis pas biologiste ou chimiste, hein ! C'est mon niveau de compréhension amateur du truc. Moi, je suis chercheur en sociologie et sciences cognitives... Rien à voir, si ce n'est dans la méthode scientifique et le recours à des outils statistiques pour essayer de comprendre quelque chose au monde  :rire:
Laurent C.
KCF 10065

philippe2

  • Animateur
  • Messages: 3519
  • Total j'aime: 18
Re Wein,

J'ai mieux compris où tu voulais en venir avec ton avant dernier post. Je ne suis pas plus pro que toi dans le domaine. La conductivité, n'a de sens que si l'on sait ce qui se cache derrière (tests spécifiques). Plus elle est basse et plus c'est facile de s'en servir comme indicateur principal de dérive éventuelle d'un bac où d'un problème sur un osmoseur.

Quand on atteint dans les 100µS/cm ou plus, il faut trier les patates... Des mesures périodiques, une maintenance répétable, permettent d'intuiter ensuite la signification de la conductivité.

Après oui à 100% pour le retour sur les milieux naturels, comme tu l'as fait et analysé.

 :merci:


Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
La conductivité, n'a de sens que si l'on sait ce qui se cache derrière (tests spécifiques). Plus elle est basse et plus c'est facile de s'en servir comme indicateur principal de dérive éventuelle d'un bac où d'un problème sur un osmoseur.

Oui, c'est ça, et c'est dit en moins de lignes que moi  :rire:
Laurent C.
KCF 10065

philippe2

  • Animateur
  • Messages: 3519
  • Total j'aime: 18
...Par ailleurs, on voit également que dès que le HCO3 augmente, le pH suit logiquement (cas du Rio Juruá)...

Mon interprétation en te lisant et peut-être à côté de la plaque est "plus il y a de HCO3, plus le pH s'élève".
Oui pour les constats (imparables) mais non pour la chimie de l'eau, dont je n'ai que des notions "basiques", sans jeu de mots.
HCO3 => acidification.
Limite de solubilité, lié à la présence de Cations Ca, Mg, Na, K, etc.
Donc ce serait plutôt (à mon très modeste point de vue) : plus une eau est chargée en minéraux basiques, plus elle peut absorber de HCO3.

Merci d'avoir ouvert cette discussion. Et au plaisir d'échanger.




Lio

  • Admin.
  • Messages: 1286
  • Total j'aime: 19
Voici également un lien permettant de voir le PH & Ec en fonction du lieu, façon carte du monde:

Carte AMS : https://www.suedamerikafans.de/en/wels-datenbank/suedamerikanisches-gewaesser/wasserwerte-suedamerika-leitfaehigkeit/

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
HCO3 => acidification.

Pas sûr de comprendre ce que tu veux dire par là. En fait, de ce que j'en comprends, le HCO3 est un tampon. Il empêche donc justement l'acidification. Non ?

Voici ce que Wikipedia dit à ce sujet:
"Bicarbonate (HCO3-) is alkaline, and a vital component of the pH buffering system of the human body (maintaining acid–base homeostasis)."
(https://en.wikipedia.org/wiki/Bicarbonate)

Peut-être que qu'un chimiste/biologiste du forum pourrait éclairer nos lanternes ?
Laurent C.
KCF 10065

Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
Voici également un lien permettant de voir le PH & Ec en fonction du lieu, façon carte du monde:

Carte AMS : https://www.suedamerikafans.de/en/wels-datenbank/suedamerikanisches-gewaesser/wasserwerte-suedamerika-leitfaehigkeit/

Merci beaucoup Lio ! Cette carte est vraiment une source incroyable d'informations !
Laurent C.
KCF 10065

Lio

  • Admin.
  • Messages: 1286
  • Total j'aime: 19
Ce topic l'est tout autant !


Wein

  • Animateur
  • Messages: 2348
  • Total j'aime: 11
Excellents tes liens, Adam !
Laurent C.
KCF 10065