INTERVIEW CAPA 2018 - FRÉDÉRIC GUIGOURS  (Lu 249 fois)

Emilie

  • Capa
  • Messages: 584
  • Total j'aime: 4



Pourrais-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Bonjour à tous!
Je m’appelle  Fred, j’ai 34 ans et je suis de Vannes en Bretagne.
Après avoir eu un restaurant pendant près de 14 ans sur une station balnéaire de la cote Morbihannaise je me suis reconverti il y à peu dans une profession qui me tenait à coeur depuis longtemps : les aquariums! J’ai créé « AquaDesign » en avril 2018 et celle-ci est spécialisée dans l’installation et l’entretien d’aquariums paysagés.
C’est une chance inouïe de pouvoir faire de sa passion son métier! Cela mérite énormément de sacrifices et de volonté mais le retour des clients est toujours une motivation qui me permet d’avancer!

Peux-tu nous décrire ton parcours en aquariophilie-aquascaping ?

Mon parcours est assez traditionnel puisque j’ai démarré l’aquariophilie il y à de nombreuses années avec un petit bac d’une 50aine de litres. Puis de fil en aiguille, l’envie de vouloir voir évoluer des espèces plus « grosses » m’a obligé à investir dans des aquariums de plus gros volume.
 Il ya  maintenant 3 ans, j’ai découvert l’aquascaping grâce à une conférence dans ma région portée sur le paysage aquatique et animée par Aymeric Bernard avec qui je me suis lié d’amitié et avec qui j’ai beaucoup appris!
Lorsque j’ai découvert toute la richesse de cette discipline, cela a été comme une évidence pour moi! Je me suis donc lancé et le virus a agi immédiatement!
Bien entendu les 1ers résultats n’ont pas étés à la hauteur de mes espérances, mais l’envie était plus forte que moi et je voulais réussir à tout prix réaliser un aquarium esthétique et qui me satisfaisait.
L’apprentissage est long mais les multiples sources d’informations sur le sujet m’ont énormément appris sur la création d’un hardscape, la maintenance, les différentes espèces de plantes, les matériaux etc…


Peux-tu nous parler du processus créatif qui sous-tend la conception de tes bacs en aquascaping ?

Aujourd’hui lorsque je créé un bac, je n’ai pas d’idée précise du résultat final. Je me laisse porter par mon imagination. Je veux dire par la que je me retrouve avec ma cuve nue, tout mon hardscape à coté et seule ma créativité agit.
 Je fais, défais jusqu’à ce que j’obtienne quelque chose d’esthétique et qui me parle ! C’est justement certainement l’une de mes forces comme l’une de mes faiblesses car à l’encontre de beaucoup d’aquascapeurs je n’ai pas de feuille de route. Je ne me dis jamais « tiens je vais faire un Mountain ou un Forest « par exemple.
C’est pourquoi de plus en plus de mes bacs sont inspirés de plusieurs styles.


Je reviens sur tes sources d’inspiration. Y a-t-il des domaines artistiques qui sont en articulation avec ta pratique de l’aquascaping ?

Il y a sans conteste un aquascapeur qui m’inspire tous les jours! Je ne vais pas être original mais Mr Amano est pour moi La source d’inspiration! Sa vision naturelle de l’aquarium me parle énormément!
Les promenades en forêt, sur les plages Bretonnes sont également très présentes dans mes réalisations. L’énergie dégagée par ces milieux naturels m’apporte une vision terre à terre des choses. La nature ne ment pas!
L’érosion de la roche, la végétation des forêts qui semble être aléatoire et chaotique sont en fait issus d’un enchevêtrement très logique de la nature.
 Par exemple, je me sers beaucoup de mes promenades en forêt pour comprendre pourquoi telles ou telles mousses poussent à ces endroits et non là, pourquoi les roches des côtes sont érodées à ces endroits-là et non là. Ce que je vois dans la nature me permet de retranscrire ces expériences dans mes bacs.


Peux-tu nous en dire plus sur la partie technique de ton bac ?

Cet aquarium a été réalisé à partir de Seyriu stones, de racines spider mais aussi de bois de chêne trouvé en forêt. En ce qui concerne le sol, j’ai utilisé de la pouzzolane pour donner du volume, puis le sol complet Tropica additionné à un sable de Loire.
Je fertilise avec les engrais liquide Tropica, couplés avec de l’easy carbo.
En ce qui concerne l’entretien, je l’effectue une fois par semaine : Changement d’eau, vérification visuelle de l’état général, taille des plantes, siphonnage, nettoyage de vitres et du hardscape si besoin etc…Je le fais très spontanément et en aucun cas il s’agit d’une contrainte. C’est un moment de détente où je fais ce qu’il me plait et quelle satisfaction que de voir son aquarium évoluer au rythme des mois!
Je n’ai pas de « trucs » particuliers mais en revanche je conseille à toutes les personnes qui souhaitent se mettre à l’aquascaping d’investir dans du bon matériel ! C’est comme pour le bricolage, cela est certes un investissement de départ,  mais il est toujours plus agréable de travailler avec du bon matériel ! Essayez de percer un trou sur un mur porteur avec un marteau et un clou :-)


Le CAPA et l’aquascaping s’inscrivent dans une tradition de concours. Qu’en penses-tu ?

Les concours ne sont pas une fin en soi ! C’est pour juste l’occasion de présenter un travail à des professionnels d’une notoriété internationale qui jugeront mon bac, qui porteront un jugement critique et me feront avancer dans mes futures créations.
Le CAPA  a été pour moi le 1er concours Français auquel j’ai participé fièrement et je compte bien réitérer aussi longtemps que je le pourrai !


Le CAPA est donc un concours français. J’entends parfois parler d’école française. Quel est ton point de vue à ce sujet ?

Et quelle école ! Nous avons en France des aquascapeurs de grand talent qui ont fait leurs preuves sur le plan international ! Je suis attentivement également l’évolution de certains « jeunes » dans cette discipline et force est de constater qu’il y a du talent et que nous n’avons pas fini d’être surpris par leur imagination !
Je ne sais pas si l’on peut parler de « French touch » dans l’aquascaping contrairement à des pays comme l’Espagne, le Brésil, la Thaïlande ou encore le Japon qui eux, sont reconnaissables au 1er coup d’oeil. Je pense plutôt que la France est un pays d’une grande diversité et que celle-ci créé un mélange de styles très original ! 


Quel regard portes-tu sur l’aquascaping aujourd’hui ?

L’aquascaping est en constante évolution et c’est une grande richesse culturelle. En revanche je suis de moins en moins fan de cet aquascaping « modéliste » comme on peut le voir dans les pays asiatiques. Certes, le travail est monstrueux et impressionnant mais je trouve qu’il se détourne de l’essence même de ce que Mr Amano voulait retranscrire dans ces réalisations. Comme le dit l’adage « La simplicité est l’habit de la perfection ».


Des projets pour 2019 ?

En ce qui concerne les concours, je ne suis pas sûr de pouvoir présenter quelque chose pour l’année prochaine. Des raisons personnelles m’ont contraint à déménager dans un appartement où le sol semble avoir été meurtri par le temps. Il n’y a aucun endroit où le sol a un semblant de régularité…! Quelle tristesse! Mais je ne veux pas être défaitiste et je travaille à trouver une solution :-)
En revanche, quelques projets professionnels combleront cette déception avec des réalisations à venir!


Sardine : petit poisson sans tête qui vit dans l'huile

Buul

  • Messages: 848
  • Total j'aime: 9
Sympa d'en savoir un peu plus sur toi Fred ! :merci:
Keep on scaping !

Adam

  • Modosaurus
  • Messages: 7730
  • Total j'aime: 45
  • Taliban de l'aquariophilie

Walkop29

  • Messages: 21
  • Total j'aime: 8
Salut Fred
Super ton interview
Bon courage dans ta petite entreprise 🙂