CAPA Facebook
 logo floraquatic  logo Nguyen   
Accueil du site > Les Guides > La F.A.Q. AquAgora : comment bien démarrer un aquarium.

9.2. FAQ : Le stress

Publié par Véronique – 18 mars 2007 — 1 commentaire

Les poissons malades sont pas une fatalité : Qu’est ce que le stress et pourquoi est-ce mauvais pour les poissons ? Bien réfléchir permet d’éviter la plupart des maladies en aquarium.



Article sous licence :

CC by-nd

Dans la même rubrique

Gérer le stress, éviter les maladies

 

Qu’est ce que le stress et pourquoi est-ce mauvais pour les poissons ?

La plupart des poissons peuvent tolérer des conditions environnementales un peu différentes de celles dans lesquelles ils évoluent dans la nature. Ceci ne veut pas dire qu’ils y seront en bonne santé ou qu’ils vivront aussi longtemps qu’ils l’auraient pu. Par exemple, tenir un poisson à une température plus froide (ou plus chaude) que la normale oblige ses organes à travailler plus dur pour le maintenir en vie. De telles conditions soumettent le poisson à un stress.

L’augmentation du stress diminue les capacités d’un poisson à se soigner tout seul (nageoires qui s’effilochent, ou parasites introduits avec de nouveaux occupants). De plus, le stress diminue la capacité d’un poisson à se reproduire et raccourci sa durée de vie. Un léger stress n’est généralement pas fatal, mais à mesure que le stress augmente, la capacité des poissons à le supporter diminue. Un aquariophile averti tentera donc de supprimer les sources possibles de stress.

Il faut noter que l’élimination du stress ne garantit pas qu’un bac soit en bonne santé. Mais cela augmente considérablement ses chances. De nombreux internautes se vantent régulièrement d’avoir maintenu des poissons (apparemment) "sains et heureux" pendant de longues périodes dans des conditions (apparemment) hautement stressantes. Ces aquariophiles sont assis sur une bombe à retardement ; l’histoire qui suit généralement rapporte qu’un jour un poisson est tombé malade, puis un autre, avec à la clef de nombreux poissons morts. Réduire le stress consiste simplement à réunir les conditions nécessaire pour qu’un bac reste sain.

 

Les causes classiques de stress dans un aquarium

La quantité de stress dépend beaucoup de l’espèce. Vous devez identifier les paramètres de votre aquarium et choisir les poissons en conséquence. Par exemple, si votre eau est dure et alcaline, vous ferez bien de choisir des espèces qui aiment une telle eau.

Les composés azotés (ammoniaque, nitrites et nitrates) ont différents degrés de toxicité et sont stressants à différents niveaux. L’ammoniaque est toxique à basse concentration et stresse sévèrement les poissons quel que soit sa concentration.
En conséquence, un aquarium sain doit être équipé d’un filtre biologique qui convertit rapidement l’ammoniaque en nitrite puis en nitrate. Bien qu’il soit beaucoup moins toxique que l’ammoniaque ou les nitrites, le nitrate est mal toléré au delà de certaines doses. Diminuer l’excédent de nitrates (par des changements d’eau partiels réguliers, par exemple) participe à la santé générale d’un bac. Le taux de nitrates ne devrait pas dépasser 20 à 30 mg/l même si quelques espèces supportent des taux allant jusqu’à 80 ou 100 mg/l. Attention : si les Nitrates dépassent 30 mg/l, leur concentration provoque la poussée d’algues vertes.

La température de l’eau d’un aquarium doit être conforme aux besoins de ses occupants. Une température trop froide ou trop chaude pour une espèce donnée stressera ces poissons. Par exemple, le poisson rouge préfère des eaux plus froides (inférieures à 20°C) que la plupart des poissons tropicaux (le poisson rouge peut survivre à l’hiver dans un bassin bien que l’eau y gèle en surface). Un bac contenant à la fois des poissons rouges et des poissons tropicaux est donc inadapté à l’une des deux populations.

Certains poissons préfèrent les eaux "douces", d’autres les eaux "dures". Héberger des poissons d’eau douce en eau dure, et vice versa, nuit aussi rapidement à leur santé. Certains poissons préfèrent les eaux acides, certains les eaux alcalines, d’autres les eaux à pH neutre. Certains n’ont aucune préférence.

Certains poissons vivent en eaux saumâtres, ils ont donc besoin de sel dans l’eau de leur bac, mais d’autres ne supportent pas le sel.... N’ajoutez donc du sel que si tous ses occupants le supportent. Les Mollies par exemple sont connus pour aimer l’eau salée, tandis que la plupart des poissons-chat ne l’apprècient pas du tout. En général, les poissons sans écailles (ou qui ont de petites écailles) ne supportent pas l’ajout de sel. Les plantes n’apprécient pas le sel elles non plus...

L’espace nécessaire pour un poisson donné dépend de son espèce. Certains petits poissons se contentent d’un bac de 40 litres, d’autres ont besoin de plus de 400 litres. Maintenir un poisson dans un bac trop petit augmente le stress de tous ses occupants, ce qui conduit fréquemment à des agressions entre occupants. L’espace nécessaire peut varier lors d’appariement en vue d’une reproduction. Les Cichlidés, par exemple, revendiquent une grande partie du bac lorsqu’ils se reproduisent, pourchassant tout poisson qui pénètre leur territoire. Ainsi, les comportements associés à la reproduction augmentent généralement le stress dans un bac.

Toutes les espèces ne peuvent être mélangées. Pour exemple, bon nombre de Cichlidés mangeront les petits occupants d’un bac (tout ce qui est assez petit pour leur bouche). Même s’ils sont trop gros pour être mangés, les poissons pacifiques seront stressés s’ils sont maintenus avec des espèces agressives qui les pourchassent à longueur de temps.

Certains poissons vivent en bancs, passant toute leur vie au sein de larges groupes ; ils ne se sentent alors jamais en sécurité s’ils sont seuls. Les Corydoras, par exemple, doivent toujours être maintenus en banc d’au moins six individus. Il est bien sûr tentant d’avoir six poissons d’espèces différentes, mais ce n’est pas idéal. On doit introduire, par exemple, 6 Corydoras panda ou 6 C. aeneus.

Le cas opposé peut exister. Certains poissons sont beaucoup plus agressifs envers les individus de leur propre espèce (lors de période d’accouplement, par exemple), tandis qu’ils ne se préoccuperont pas des poissons d’autres espèces et les ignoreront. Le Labeo bicolor, par exemple, doit être maintenu seul de son espèce dans 200 litres au minimum.

Les poissons ont besoin d’oxygène et certains sont plus tolérants que d’autres envers un manque d’oxygène. Une eau pauvre en oxygène affaiblit les poissons. La quantité d’oxygène dissout dans l’eau décroît avec la température. Il y a moins d’oxygène disponible à 30ºC qu’à 24ºC...

Une alimentation trop pauvre est à éviter : un régime sain doit être varié, et il faut éviter de distribuer de la nourriture trop vieille (plus de 2-3 ans) dont les vitamines et autres nutriments auront été dégradés. Ceci est également valable pour les nourritures qui auront subi la chaleur, ou ont été exposées à l’air (non scellées).

L’ajout de médicaments est souvent pire que la maladie elle-même. Les médicaments tuent les bactéries, les parasites, ils manquent de discernement et ils peuvent également anéantir la population de bactéries nitrifiantes du filtre (et vous aurez alors un VRAI gros problème) ou peuvent être toxiques pour les poissons eux-mêmes. Par exemple, certaines espèces de poissons ne supportent pas certains types de médicaments. L’adjonction de tels médicaments peuvent affaiblir des poissons en bonne santé au point qu’ils deviennent à leur tour sensible à la maladie originelle. Les poissons dépourvus d’écailles ne tolèrent pas le cuivre présent dans plusieurs médicaments et dans les anti-algues, par exemple : les Botia, Corydoras, Loricariidés...

L’ajout d’eau non traitée dans votre bac peut également introduire du chlore ou de l’eau de Javel, tous deux toxiques pour les poissons. Pensez à traiter l’eau ou à la laisser reposer une journée pour la déchlorer avant de l’ajouter dans votre aquarium.

De brusques variations de la qualité de l’eau peuvent être très difficiles à supporter et nuisibles. Dans une certaine mesure, la plupart des poissons peuvent s’adapter à des conditions non-optimales de qualité de l’eau (mauvaise température, mauvais pH) à condition que les paramètres ne s’éloignent pas trop de ceux qu’ils réclament... Mais les poissons ont des difficultés à s’adapter à des variations rapides. Attention : modifier rapidement la température, le pH, la dureté, stresse les poissons. Rapidement signifie sur quelques heures ou moins d’une journée. Le pH par exemple ne doit pas varier de plus de 0,3 unité par jour. Il est bien plus important de maintenir les caractéristiques physico-chimiques de l’eau stables sur le long terme que d’essayer d’obtenir à tout prix et rapidement des conditions plus adaptées.

En résumé, de nombreux facteurs interviennent dans le phénomène du stress. Un poisson gardé dans des conditions optimales restera en bonne santé. Il peut tolérer certains écarts, mais pas trop... La dose de stress que peut tolérer un poisson dépend beaucoup de son espèce, de son âge et de sa taille, etc. Un poisson stressé est un poisson affaibli. Il peut paraître en bonne santé pour un observateur non averti, mais il est plus sensible aux maladies, et aux blessures. Au contraire, un poisson en bonne santé sera capable de se prémunir seul des maladies et infections. Aussi, l’apparition de maladies dans un bac est souvent due à de mauvaises conditions de maintenance qui affaiblissent les défenses immunitaires des poissons.

 

Les symptômes d’un poisson stressé.

De manière rapide, le poisson stressé ne se comporte pas normalement (la normalité dépend de l’espèce du poisson). Lorsque vous aurez gardé un poisson quelques semaines, il vous sera aisé de voir que chaque espèce possède des attitudes qui lui sont propres (c’est une des raisons pour lesquelles l’aquariophilie est si enrichissante). Certains poissons tendent à rester près de la surface, d’autres sur le fond. Certains nagent sans cesse, d’autres restent immobiles. Les modifications de ces comportement "normaux" indiquent généralement un problème.

Les symptômes courants du stress sont :

  • Les poissons restent à la surface et aspirent de l’air pour respirer, ce qui indique qu’ils éprouvent des difficultés à se fournir en oxygène (la concentration en oxygène dissout est plus importante près de la surface). Les causes possibles sont une trop faible concentration en oxygène par manque de circulation de l’eau ou une chaleur excessive, ou la présence de toxines qui peuvent avoir endommagé les branchies, trop d’ammoniaque ou de nitrites, etc...

  • Les poissons ne mangent plus, ou ne mangent plus de manière aussi agressive qu’avant.

  • Les poissons restent continuellement à la même place, ou se cachent et ne sont vus que très rarement. Causes possibles : poissons agressifs qui terrorisent les autres, manque de cachettes en nombre suffisant (plantes, racines, rochers, etc.) qui rassurent les poissons lorsqu’ils nagent.

  • Les nageoires des poissons s’effilochent, blessures qui ne semblent pas guérir. Causes possibles : les poissons ont été victimes d’agressions. Normalement, les blessures légères et les coupures guérissent rapidement et toutes seules . Si ce n’est pas le cas, c’est que le niveau de stress a fait baisser les défenses immunitaires.

  • Les poissons sont malades (parasites, champignons, etc.). La maladie en elle-même est un problème. Mais dans la plupart des cas, le système immunitaire des poissons les préserve des maladies. Tomber malade est donc le signe que les poissons sont dans un état de fragilité et sont affaiblis (ou l’ont été récemment).

  • Index
  • Introduction,pour bien débuter
  • Le materiel
  • Les magasins, bien acheter
  • Préparation de l’eau
  • Le cycle de l’azote
  • Chimie de l’eau
  • Changer l’eau
  • Les tests
  • Les poissons
  • Le stress
  • Le long terme

    img Ce Guide inspiré de la FAQ de Cyberaqua a été rédigé pour AquAgora en 2007 et il est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

1 commentaire

  1. Le 26 octobre 2011 à 14:42

    Très sympa ton site internet, bonne continuation aux auteurs

    comparateur mutuelle pour chien

    mutuelle générale des étudiants de l’est
    comparateur mutuelles sante|mutuelle socialiste mons|mutuelle générale de l’education nationale

Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP