CAPA Facebook
 logo Nguyen   
Accueil du site > Les Guides > La F.A.Q. AquAgora : comment bien démarrer un aquarium.

9.1. FAQ : Les poissons

Publié par Véronique – 18 mars 2007

Quels poissons choisir pour débuter ? qulles espèces éviter et pourquoi ? Faire le bon choix dès le départ évite bien des déceptions.



Article sous licence :

CC by-nd

Dans la même rubrique

Ajouter les poissons et les nourrir

Ça y est, votre bac est en eau, le filtre fonctionne. Vous avez quelques tests pour l’eau et vous êtes prêt à vous lancer. Armé de votre savoir, vous vous rendez chez votre fournisseur préféré pour acheter votre premier poisson.

Une petite remarque : le nom scientifique de tout être vivant (animal ou végétal) est composé par le nom du genre (qui commence toujours par une majuscule) suivi du nom de l’espèce (qui commence toujours par une minuscule). Ce nom est invariable et s’écrit en caractères italiques. Cependant, nombre de poissons ont des noms communs pour lesquels ces directives ne s’appliquent pas. Les règles d’usage ont été appliquées ici...

Choisir de "bons" poissons

Si nous prenons pour définition qu’un poisson pour débuter est facile à nourrir et à maintenir, qu’il est robuste et peut vivre dans une grande diversité de conditions d’eau, et qu’il est joli, alors le nombre de prétendants reste encore très élevé. Beaucoup de poissons sont vendus comme poissons pour débutants. Mais faites attention, certains d’entre eux n’en sont pas.

La plupart des poissons qui vivent en bancs sont de bons poissons pour le débutant. Ceci inclut les Tanichthys, les différentes espèces de Danio et de Rasbora, la plupart des espèces de Barbus, ainsi que les Xiphophorus (Platys) et de nombreux vivipares. Pour ceux qui possèdent un bac un peu plus grand, le poisson "arc-en-ciel" est un très bon choix. Les Corydoras sont aussi des poissons très populaires.

Attention : la majorité des débutants préfèrent varier et acheter un seul poisson de plusieurs espèces alors qu’il faut souvent faire le contraire. Les poissons qui vivent en banc se portent mieux quand ils sont maintenus en compagnie d’autres individus de leur espèce avec lesquels ils établissent des relations "sociales".

Un minimum de six individus est recommandé, pour les Corydoras par exemple comme pour la plupart des petits Tétras, les néons, etc. À long terme, un banc de 12 individus se comportant normalement apporte plus de satisfactions qu’un groupe hétérogène, malheureux de devoir partager la vie communautaire ("Maman, pourquoi ce poisson se cache-t’il derrière le chauffage et cet autre reste-t’il toujours dans le coin sans bouger ?")

Il vaut mieux un seul groupe de 12 ou 15 poissons de la même espèce que 2 bleus, 3 rouges, 2 verts, 3 gris et 3 jaunes !...

Combien de poissons faut-il ajouter ?

La réponse la plus facile est "un seul poisson à la fois". On avance souvent la règle du poisson par litre : "1 cm de poisson adulte par litre d’eau" est une bonne règle, même si elle doit être nuancée et ne peut être utilisée telle quelle. On ne mettra pas 2 scalaires de 20 cm adultes, dans un bac de 50 litres !

On qualifie de poisson "petit" les poissons tels les néons, les Tanichthys, les Danio, les petits Tétras, etc. ; Les poissons moyens sont les Platys, Colisa, Corydoras, etc. ; Les "gros" poissons sont les poissons rouges, les Scalaires, les Gouramis, les Plécos, etc.

En d’autres termes, ceci n’est qu’une règle, et la population "maximum" qu’on peut héberger sans risque dépend aussi du bac considéré et des soins qui lui sont apportés. Certains facteurs permettent d’augmenter la population :

  • des changements réguliers et conséquents d’eau,
  • des plantes naturelles,
  • une filtration suffisante et bien entretenue (pensez qu’un filtre est vivant, il nécessite des soins comme vos poissons).

De la même manière, certains facteurs diminuent la population maximale :

  • de trop rares ou trop faibles changements d’eau,
  • pas de plantes ou des plantes en mauvaise santé,
  • une filtration limitée ou mal entretenue (un filtre peut être un très bon filtre, mais s’il n’est plus efficace car colmaté, une grosse population conduira à des problèmes beaucoup plus importants que s’il y a peu de poissons).

Il est rarement facile d’introduire de nombreux poissons à la fois. Ainsi, vous avez trouvé de superbes néons et souhaiteriez en acheter un petit banc (6 ou 7 poissons) dans votre bac de 120 litres. Vous avez pour l’instant un Ancistrus de 5 cm et trois Corydoras de 3 cm. L’ajout du même petit banc de néons va pratiquement doubler la "quantité" de poissons de votre bac. Dans ce cas, cela revient à provoquer à nouveau la mise en place d’un cycle de l’azote, c’est-à-dire l’apparition d’un pic de nitrites avant que les bactéries ne se développent pour s’adapter à la nouvelle population. Tester votre eau régulièrement et soyez prêt à effectuer d’éventuels changements d’eau. Il serait plus sage d’introduire les poissons en 2 fois, ou sinon de limiter sérieusement les quantités de nourriture distribuées pendant les 4-5 jours qui suivent l’achat.

Le filtre biologique de votre bac est nourri par les déchets des poissons du bac. Quelle que soit la taille de l’aquarium, la population bactérienne est limitée par la "nourriture" mise à sa disposition. Peu de poissons = faible population bactérienne.

Il est de coutume de penser que le développement d’une population bactérienne est exponentiel. De nombreuses espèces bactériennes peuvent en effet doubler leur population en quelques heures... mais comme cela est précisé dans le document cycle de l’azote, les bactéries Nitrobacter et Nitrosomonas sont relativement lentes à se multiplier. Il y a un retard entre l’augmentation des déchets induite par l’adjonction de nouveaux pensionnaires et l’augmentation de leur traitement par les bactéries. Dans le pire des cas, l’augmentation des Nitrites peut affaiblir ou même tuer vos poissons avant que la population bactérienne n’ait eu le temps de traiter les composés azotés.

C’est pour cela qu’il vaut mieux ajouter les poissons de manière graduelle. Atteindre la population maximale d’un bac peut prendre plusieurs mois ; il faut en tout cas prendre son temps. Seuls des aquariophiles confirmés peuvent prendre quelques libertés vis-à-vis de cette règle.

 

Acclimater les poissons

Une fois que vous avez les poissons à la maison, ouvrez le sac qui les contient et laissez-le flotter dans votre bac de façon à ce que les températures s’équilibrent. Après 15 minutes , ajoutez un verre d’eau du bac dans le sac tous les quarts d’heure pendant une heure (enlevez tout excédent d’eau s’il risque de déborder). L’eau provenant du sac doit être jetée. Elle peut contenir des parasites ou d’autres choses indésirables. Si l’eau est infectée, les poissons le sont généralement aussi.

Lorsque les poissons sont acclimatés aux paramètres de l’eau de votre aquarium, vous avez plusieurs possibilités. Vous pouvez introduire les poissons dans le bac et prier. Vous pouvez également faire subir une quarantaine à vos nouveaux poissons, dans un bac spécifique. Dans tous les cas, utilisez une épuisette et n’ajoutez jamais l’eau du sac dans l’aquarium.

Le meilleur choix (si vous le pouvez) et de faire subir une quarantaine aux poissons. La quarantaine peut durer deux à quatre semaines, et permet de déceler d’éventuelles maladies. Si les poissons tombent malades, vous pouvez alors les soigner dans le bac de quarantaine sans devoir modifier la chimie de l’eau du bac d’ensemble.

Le bac de quarantaine n’étant pas à la porté de toutes les bourses, il est probable que vous n’en aurez pas (en tout cas pas encore). Dans ce cas, faites très attention aux poissons que vous choisirez, et surveillez les bien pendant les premières semaines (stress, maladies). Vous risqueriez d’infecter aussi les autres poissons.

Nourrir les poissons

La plupart des poissons vendus dans le commerce, et surtout les poissons recommandés pour les débutants, peuvent se contenter de nourriture en paillettes. Certains peuvent même se reproduire avec cette alimentation. Comme tous les animaux, un régime varié est cependant souhaitable.

La nourriture pour poissons est fragile. Une exposition à la lumière, une boîte mal fermée ou l’achat d’une très grande quantité qui sert pendant des mois, sont autant de raisons qui peuvent détruire son pouvoir nutritionnel. Il y a 5 catégories principales de nourriture :

  • diverses nourritures conditionnées (paillettes, granulés, flocons, comprimés), souvent spécifiques aux omnivores, végétariens et carnivores
  • nourritures lyophilisées (vers de vase, daphnies...),
  • nourritures congelées (vers, larves, insectes),
  • nourritures vivantes (larves et insectes vivants),
  • d’autres nourritures fraîches (nourritures faites maison pour les carnivores, coeur de boeuf, courgettes pour les Ancistrus, etc.).

Pour de nombreux aquariophiles, les paillettes conviennent pour la majorité des repas, mais il est là encore important d’en savoir un petit peu plus. Tous les aquariophiles ont déjà entendu cette règle : "Ne donnez à vos poissons que ce qu’ils peuvent manger en moins de 2 minutes" ou quelques choses de ce genre. Cette règle est angoissante pour le débutant car tous les poissons sont gloutons ! Que se passera-t’il s’ils manquent de nourriture ? Après tout, ce n’est qu’une petite pincée ! Comment cela peut-il suffire ?

Ne prenez pas cette règle à la légère.

Les gens ont généralement des poissons pour les observer. Le meilleur moment pour le faire est lors des distributions de nourriture. À chaque fois que vous le faites, placez-vous devant l’aquarium et regardez. Donnez une quantité encore plus faible que celle à laquelle vous pensiez. Regardez les poissons manger et observez la nourriture qui tombe au fond de l’aquarium. Si vous n’avez pas de poissons de fond, (Ancistrus, Corydoras, etc.), prenez le temps de regarder si d’autres poissons viennent chercher la nourriture sur le fond ; les Gouramis le font, mais pas les "poissons arc-en-ciel". Si vous n’avez pas de poissons de fond, regardez combien de temps ils mettent pour tout manger.

Bon, vous donnez une petite pincée et après 2 minutes, il n’a plus de trace de nourriture... à part celle tombée sur le fond que les Corydoras sont en train de manger. Vous pouvez alors donner sans risque une nouvelle pincée. Mais regardez à nouveau pour être sur que tout sera consommé rapidement. Il vaut mieux distribuer la nourriture plusieurs fois en petites quantités, en particulier avec les poissons qui ne mangent pas sur le fond, plutôt que de tout donner en une seule fois... La plupart des poissons adultes peuvent cependant accepter une grosse ration par jour (mangée en 5 minutes). Dans un bac équilibré, certains aquariophiles effectuent des distributions encore moins fréquentes, de cette manière, ils encouragent les poissons à consommer les algues et autres produits comestibles qui ne manquent pas d’apparaître dans un aquarium.

Généralement nos poissons sont trop nourris et trop souvent. Ils peuvent devenir obèses, surtout s’ils sont nourris avec des nourritures riches comme les vers. Nombreux sont les poissons proposés au stade juvénile : la façon dont ils se développeront dépend de vos soins. De la même manière que de hautes teneurs en nitrates sont préjudiciables à la croissance des poissons, réduisant leur espérance de vie, et diminuant les chances qu’ils se reproduisent, les poissons qui sont trop nourris peuvent finir déformés ou avoir d’autres problèmes - de plus ils défèquent davantage... Ce qui a d’évidentes conséquences.

Distribuer une alimentation variée assure à vos poissons un régime équilibré, comportant des fibres (artémias et autres crustacés) et des végétaux. La plupart des espèces apprécient les aliments végétaux et on peut leur proposer une feuille de salade ou d’épinards, divers légumes ébouillantés ou crus : concombre, courgette, carotte, pomme de terre, brocolis, choux-fleur, laitue, petits pois, etc...

Un mot sur la nourriture vivante : certaines nourritures vivantes disponibles dans le commerce sont considérées comme risquées par beaucoup d’aquariophiles, car elles peuvent véhiculer des parasites - les vers tubifex en particulier. À vous de décider si vous prenez le risque. Soyez en tout cas certain de donner de la nourriture bien vivante. Rincez abondamment et si la nourriture vivante proposée ne peut pas survivre dans l’aquarium, n’en donnez pas trop. Les nourritures vivantes sont traitées en détail (ainsi que les méthodes de culture) dans la partie nourriture.

Les poissons à ne pas acheter

Pourquoi ne devrait-on pas acheter certains poissons ?

Ils ne sont pas toujours difficiles à conserver ou à alimenter, mais ils ont certaines exigences généralement passées sous silence. Si tous les poissons étaient achetés en connaissance de cause, par des amateurs éclairés, bien renseignés sur leurs besoins, il n’y aurait aucun problème à les proposer à la vente…

Mais combien de gens achètent un bac et le peuplent sans trop réfléchir, selon leur goût personnel, 3 poissons jaunes, 4 rouges et ces 2 bleus-là ? Sans oublier de prendre aussi les nettoyeurs et les laveurs de vitres ! Et surtout sans tenir compte de leur mode de vie, des paramètres de l’eau qui leur sont indispensables ou de leur taille une fois adulte ? Il est évident qu’on ne peut prétendre à reconstituer vraiment un morceau de nature dans le petit volume fermé qu’est un aquarium, mais on peut au moins tenter de l’adapter au mieux en fonction des besoins des espèces qu’on choisit de maintenir.

Liste de poissons proposés dans les animaleries à éviter pour les débutants car ils deviennent très grands (et certains doivent vivre en groupe), d’autres ont un régime spécifique et sont très difficiles à nourrir en bac d’ensemble. Ils mourront donc de faim en quelques mois.

Loche clown (Botia macracantha)

Pléco (Hypostomus plecostomus, Glyptoperichthys gibbiceps)

Balantiocheilos melanopterus

Pangasius hypophthalmus

Arowana (Osteoglossum bicirrhosum)

Raies d’eau douce (Potamotrygon)

Oscars (Astronotus ocellatus)

Poisson pour eau saumâtre (Scatophagus argus, Monodactylus argenteus, et bon nombre de Tetraodon)

Uaru, Heros severus

Piranha (Pygocentrus, Serrasalmus)

Poissons couteau (Xenomystus nigri, Apteronotus albifrons)

Macrognathus et Mastacembelidae

Poissons papillons (Pantodon buchholzi)

Poisson éléphant (Gnathonemus petersii)

etc...

Plus d’informations sur ces espèces non recommandées et des photos sur les pages de Véronique.

  • Index
  • Introduction,pour bien débuter
  • Le materiel
  • Les magasins, bien acheter
  • Préparation de l’eau
  • Le cycle de l’azote
  • Chimie de l’eau
  • Changer l’eau
  • Les tests
  • Les poissons
  • Le stress
  • Le long terme

    img Ce Guide inspiré de la FAQ de Cyberaqua a été rédigé pour AquAgora en 2007 et il est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

  • Ajouter un commentaire

    modération à priori

    Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

    Un message, un commentaire ?

    (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    Lien hypertexte (optionnel)

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

    Qui êtes-vous ? (optionnel)


    captcha

    Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP