CAPA Facebook
 logo floraquatic  logo Nguyen   
Accueil du site > Les articles > Le matériel

Un support pour un 700L en appartement

Rédigé par Gilles Guittre - Publié par Véronique – 5 février 2008 — 1 commentaire

Pour installer un aquarium de 700L dans un appartement, il faut construire un support en béton : Description du bricolage et des matériaux utilisés



Article sous licence :

CC by-nd

Dans la même rubrique

Un bac de 700L dans un appartement…

Le 29.08.2007, avec ma chère et tendre, nous décidons d’acquérir notre chez-nous… un appartement de 90m² situé au 5ème étage d’une petite copro entourée de verdure. Après 3 mois de dur labeur (suppression de l’ancien carrelage, mise en place du nouveau, pose de parquet, peinture, réfection de l’électricité, sanitaire…)…Je suis arrivé à convaincre ma chère et tendre qu’un bac plus grand serait aussi d’un plus grand confort pour nos poipois…

Nous sommes tombés d’accord sur un bac de 700L acheté d’occasion. Je souhaitais depuis longtemps un bac avec une décantation externe, celle-ci devrait donc trouver sa place sous bac principal.

LE SUPPORT

Pour différents motifs, j’ai opté pour un support en béton cellulaire. Les raisons sont simples :

Peu cher (moins de 3 euros la brique) Facile à couper (une scie égoïne suffit) Montage rapide Ces briques sont rectifiées, donc d’une bonne planimétrie

L’idée de base et le cahier des charges seront amenés à évoluer au fur et à mesure des conseils reçus :

Une planche hydrofuge de 38mm est placée sur le sol afin de ne pas rayer le parquet tout neuf .

Pour des raisons techniques (mise en place d’une décantation externe sous le bac), je souhaite un support entièrement ouvert sur l’avant, sans appui intermédiaire…La portée sera donc de 1,50m…

Pour ce faire, j’ai demandé pas mal d’avis sur AA mais aussi sur d’autres forums, certains m’ont dit que de simples tubes carrés de 20 x 35 seraient suffisants, d’autres m’ont dit que la portée est bien trop grande, qu’il est nécessaire, vu le poids final, d’y ajouter un pied central… Ce pied central me gênerait beaucoup pour la mise en place de ma décantation et je souhaite rester sur ma première idée…

On me dit qu’il serait alors plus sage d’opter pour des IPN de 100m de hauteur, voir d’avantage, pour éviter tout risque de fléchissement sur cette portée… N’ayant que 75cm de libre en hauteur sous mon support (3 hauteurs de briques de 25cm), et souhaitant une décantation de 45-50 cm de haut, avec un IPN de 15cm de haut, il resterait 10 cm pour y glisser le bras…C’est trop peu…

Le 03 décembre 2007

Je commence les achats :

6 briques de 15cm d’épaisseur, sur 62,5 de long et 25 de haut pour les piliers d’extrémité 9 briques de 10 cm d’épaisseur, sur 62,5 de long et 25 de haut pour le mur du fond 3 tubes rectangulaires de 20 x 3 5kg de mortier-colle,… Traçage, sur la planche des prospects du support et pose « à sec » des briques (que des 10 cm car les 15 cm n’étaient pas disponibles tout de suite…), histoire de me faire une idée…

Le 05 décembre 2007

Collage des briques A l’aide d’un peigne de carreleur de 3 mm, j’étale la colle sur les briques et « monte » mon support en 2-3 heures. Je vérifie constamment, à l’aide du niveau, l’horizontalité et la verticalité de mon support. Je prends soin de laisser un grand espace sur le mur du fond, à l’endroit où sortiront les tubes de la colonne humide… Je découpe aussi, avant collage, les dernières pierres latérales afin de laisser la place pour poser la ferraille servant de linteau.

Après encore quelques discussions sur AA, je parviens à trouver, grâce à un ami employé chez un négoce en ferronnerie, des IPN pour 8,16 euros pièce en 80mm de haut…à ce tarif, j’en prends 2 que je mettrai côte à côte à la place des tubes de 20 x 35 à l’avant… Je fais un essai avec les tubes de 20 x 35 (2 ensemble sur l’avant et 1 en soutien au milieu) :

Le 8 décembre 2007

Je récupère la cuve elle est d’occasion et je l’entrepose momentanément chez mes parents afin de la laver, d’y retirer la décantation interne et surtout, d’y percer le fond.

Le perçage : A cet effet, j’achète un trépan diamant dans un magasin de bricolage (env. 40 euros) en diamètre 45. Je prépare une planche en bois percée d’un trou de 45mm qui me servira de guide…Cette planche sera calée dans le fond de l’aquarium à l’aide de cales biseautées prenant appui sur la face latérale…Le perçage des 2 trous est réalisé en env. 15mn (un essai préalable a été fait sur une vitre ayant servi à la décantation que j’ai retirée). Le perçage doit se faire à l’eau…rien de plus simple, je remplis ma cuve avec 1cm d’eau dans le fond et en avant…ça se perce vraiment très facilement, pourtant c’est du 12mm…

Le 10 décembre

scellement des IPN, à l’aide d’un petit coffrage… Pour effectuer ce scellement, on m’a déconseillé d’utiliser uniquement de la colle à béton cellulaire car le volume aurait été trop épais et induirait une mauvaise prise, mais de mélanger 5 volumes de colle, 4 de sable et 1 de ciment blanc…(j’ai lu aussi qu’un simple mortier composé de ciment et de sable n’adhérait pas correctement sur le béton cellulaire…ne voulant pas prendre le risque de recommencer, j’ai suivi les indications précédentes…). Avec 2 tasseaux un peu plus court que la hauteur entre le bas de mon support et le dessous des IPN, je « règle » la hauteur finale des IPN avec des cales en bois que je place sous les tasseaux… Une fois le tout de niveau, je prépare un peu de mortier assez liquide que je coule dans mon coffrage de fortune…Nul besoin de remplir le coffrage, il s’agit simplement « d’asseoir » les IPN sur un appui lisse.

Les 3 tubes de 20 x 35 seront conservés et seront placés ensemble au milieu en renfort.

Le 13 décembre

Préparatif du support pour l’installation du bac : achat d’une nouvelle planche hydrofuge de 38mm ainsi que des plaques de polystyrène extrudé de 20mm. Je découpe la planche de 38mm à l’endroit où sera placée ma future descente d’eau et y colle, à la colle à papier peint, le polystyrène (ne pas utiliser de colle à solvant, cela ferait fondre le polystyrène…).

LA CUVE

Le 14 décembre Le déménagement du bac : Mise en place d’un fond noir sur la vitre arrière du bac de la marque Vénillia autocollant (je fais ça rapidement avant le déménagement du bac car il est encore très facile d’accès)…Les bulles d’air entre la vitre et l’autocollant sont plutôt laides, j’essaie de les supprimer à l’aide d’entailles réalisées au cutter, mais le résultat n’est pas très probant… Je termine juste à temps…Voici les 3 amis qui arrivent pour emmener le bac à l’appartement.. Je ne cache pas que l’ascenseur nous a grandement aidé…

Et le voici posé sur son support :

J’en profite pour monter les passe-cloison en 32mm (l’un servira de descente principale et sera bridé par une vanne et le second aura une prise bien plus haut en cas de disfonctionnement du 1er.

La place laissée sur le mur du fond n’est pas de trop…cela permet de passer avec des pinces afin d’effectuer le serrage des passe-cloison…

Heureusement que j’avais laissé une ouverture assez grande sur le support, cela m’a permis de serrer correctement les passe-cloison avec une pince…(que c’est moche ces bulles d’air sur la vitre arrière…encore une fois, le travail dans la précipitation c’est du travail gâché…)

La colonne humide :

Pour sa réalisation, je remercie tous les membres ayant participés au topic et plus particulièrement Niclette et Billy, pour toute leur aide… La colonne sera réalisée de manière à aspirer environ 1/2 de l’eau du fond et 1/2 de la surface. Elle fera 22cm en façade sur 12cm de coté. Voici un schéma de principe :

2 lames de verre de part et d’autre de la colonne, espacées de 1cm permettront à de l’eau du fond de remonter et de tomber dans la colonne. N’étant pas située dans un angle, ma colonne aura une prise d’eau de part et d’autre comme le montre ce schéma :

Je vous fais part aussi, de la formule de calcul pour déterminer la hauteur à laisser entre la lame de verre et la hauteur d’eau souhaitée dans le bac :

FORMULE :

la formule des seuils noyés Q = µ L H1.5 racine(2 g) Q : débit en m³/s µ : coefficient qui dépend de la forme du seuil (bord de la surverse) compris entre 0,32 (mal profilé) et 0,50 (arrondi) H : hauteur de l’eau en mètres au dessus du bord (H1.5 = H exposant 3/2) g : 9,81 m/s² racine(2g) = 4,43 On en déduit H = [ Q / µ L 4,43 ] exp 2/3

Avec par exemple un débit de 1.000 l/h soit 0,00027 m³/s et une longueur effective de surverse arrondie de 50 cm j’obtiens une hauteur de [ 0,00027 / 0,5 0,5 4,43 ] exp 2/3 = 0,0039 m soit 4mm

Pour mon bac +- 2000L/H réel : [ 0,00054/ 0,5 x 0,5 x 4,43] exp 2/3

Soit : (0,00054/ 1,1075) exp 0,6667 = 0,00062m soit 6-7 mm d’eau au-dessus de la colonne…

Pendant que je parle de hauteurs d’eau lors d’un écoulement, voici la formule qui permet de calculer la hauteur d’eau au dessus d’un tube qui se trouve au fond d’une surverse :

h = D² / 2 g s²

D est le débit en m³/s g = 9,81 m/s² s = surface du tube en m²

Exemple D = 1.000 l/h = 0,000278 m³/s Tuyau d’évacuation de 32 soit 30 mm intérieur => s = 707 mm² = 0,000707 m²

h = 0,000278² / 2 x 9,81 x 0,000707² = 0,0079 m = 7,9 mm

Pour mon bac +- 2000l/H soit 0,000556 m3/s

H = 0,000556² / 2 x 9,81 x 0,000707²

= 0,00000030913 / 0,000009807 = 0.031 m soit 3,1 cm au dessus de l’écoulement…

Une vanne servira à brider un peu le débit de la descente et fera en sorte qu’il y ait 40-45 cm d’eau au-dessus du tuyau de descente. Ainsi, pas de prise d’air ni de bruit de succion…et pas de bruit de chute d’eau du bac vers la colonne…

La hauteur d’eau maximale dans le bac ne devra pas dépasser 56cm (hauteur des renfort longitudinaux collés sur les face avant et arrière du bac. Je laisse une marge de 5mm de sécurité pour éviter que l’eau ne puisse toucher les renfort (ce qui est très peu esthétique) Un ami récupère les morceaux de verre nécessaires à la réalisation de la colonne à savoir :

1 de 220mm x 540mm x 10mm 2 de 120mm x 540mm x 10mm 2 de 120mm x 555mm x 10mm

Bon, ça c’était pour la théorie…passons au travaux pratiques :

Je passe commande du verre en 10mm ; il me faudra de 2 plaques de verre de 12 x 54 ; 2 plaques de 12 x 40 et 1 plaque 22 x 54. Et un ami se charge de me faire cela rapidement, le vais les chercher le 22 décembre :

Le 23 décembre

assemblage des morceaux de verre et collage au silicone (blanc sur les photos, mais ce dernier ne polymérisait plus correctement car certainement un peu vieillot…) donc nettoyage à l’acétone et me voilà reparti pour recommencer suivant le même principe… Collage des 5 morceaux entre eux :

Pendant le séchage, je m’énerve sur les bulles d’air du fond noir…Je décide de supprimer ce film autocollant et file dans un magasin de bricolage, une idée en tête… Je reviens avec des plaque de polystyrène dense et un pot de peinture noire acrylique. Une couche de peinture noire sur ce polystyrène, quelques découpes pour ajuster la longueur, et me voilà avec un fond noir, sans bulles, et de plus isolant, sur le la vitre arrière de mon bac. Un peu de scotch double face placé à des endroits non visibles me permet de faire tenir ce polystyrène…

Une fois le silicone sec au toucher (3-4 heures après la pose du silicone), collage du tout dans le bac. Je réalise un « boudin » de silicone sur les champs verticaux du verre et un boudin large sur le fond de la cuve.

Ainsi, je pose la colonne en 1er sur le fond de l’aqua et la bascule légèrement pour la plaquer sur la vitre arrière. De cette manière pas de mouvements de translation et les « boudins » de silicone ne sont pas étalés ni étirés mais simplement écrasés et comprimés. Un lissage au doigt est ensuite réalisé et un second cordon de silicone est déposé tout le long à l’extérieur afin de parfait l’étanchéité et , à nouveau, léger lissage au doigt.

Le 24 décembre

Après une journée de séchage, mise en eau de la colonne pour vérifier si rien ne fuit, 2 tuyaux d’évacuation en 32mm sont insérés dans les passe-cloison et me permettent de remplir à moitié la colonne.

La question qui m’a souvent été posée :

Pourquoi 2 tuyaux de descente ?? Pour résumer, je dirai pour 2 raisons :

  une descente de secours, située plus haute que la descente principale, en cas de problème sur cette dernière (escargot obstruant la vanne de réglage, feuilles,…)

  le 2ème tuyaux pourrait permettre de faire remonter un tuyau de refoulement d’une des pompes de remontée. (en pratique, cela à été impossible car mes remontées sont en tubes pression rigide de 25mm…)

Et une prise d’un peu plus près :

J’ai récupéré, sur la décantation interne que j’avais décollée, du plastique noir. Celui-ci me servira pour masquer cette colonne, une fois tous les réglages terminés. On ne verra donc plus les joints silicones pas très esthétiques. Cette plaque noir pourra être retirée facilement et ne tient qu’avec quelques trombones fixés au verre. Ainsi, je peu toujours voir ce qui se passe dans le colonne.

LA FILTRATION

La décantation extérieure :

Le 26 décembre 2007 Provisoirement, elle est réalisée avec une cuve de 100 x 30 x 40 et 3 compartiments : 1 pour l’arrivée d’eau, 1 pour la filtration avec chauffage 2x 300w en dessous, et 1 dernier pour les pompes de remontée et le réacteur CO2. Le filtre tourne sur lui même depuis ce jour pour favoriser la colonisation bactérienne. (CO2 non encore installé et 2ème pompe à venir…)

Une 3ème séparation à été mise en place pour maintenir les bioballes plus resserrées et obliger l’eau provenant de la partie « arrivé » a traverser toute la couche de bioballes du haut en bas et ressortir par le bas pour remonter à travers le perlon.

Une autre, d’après le principe communiqué par Oiseaubleu, alias Pascal 67, est en conception et sera réalisée avec du verre de 10mm. Ses dimensions extérieures : 100 x 42x 50 (soit utile : 98 x 40 x 49) Le collage sera effectué avec un ami, de la même manière qu’on colle une cuve. Le cloisonnement sera réalisé en verre de 6mm.

Voici un schéma de principe de cette décantation (vue de face, l’eau arrivant à gauche) :

L’eau serpente horizontalement entre les 2 premières plaques qui ne sont collées qu’à une des vitres (avant ou arrière en alternance) et parcours env. 1m de trajet, ce qui permettra une véritable décantation. Puis l’eau passe au dessus de la 1ère cloison (25cm de haut) surmontée d’une mousse bleue et traverse cette mousse. Elle passe ensuite sous une chicane verticale et remonte pour traverser 2 mousses bleues accolées (hauteur des mousses par rapport au fond : 15cm). Elle descend sous une 2ème cloison verticale pour remonter à travers 8-10L de perlon et déborde sur env. 8-10L de support bactérien (pouzzolane) posé sur une grille. Elle arrive alors dans le dernier compartiment contenant chauffage, réacteur CO2 et pompes de remontée.

2 pompes de remontée (newjet 2300) seront chargées de remonter les 1500 - 1800L/H nécessaires à la filtration du bac. Ces pompes sont données avec un débit théorique de 2300l/H, mais vu la hauteur d’eau (1,40m) et considérant les pertes de charge, chaque pompe devrait remonter environ 1.000L/H. J’ai pris 2 pompes, ainsi, en cas de panne d’une pompe, l’autre assurera un minimum de filtration… De plus, avec 2 pompes identiques, je m’arrangerai pour avoir un rotor d’avance en cas de soucis… La remontée est réalisée en Tube pression de 25mm situés à l’arrière du bac, l’eau arrive à ces tubes via des tuyaux souples de 21/27mm Les rejets sont situés 2 cm sous la surface. J’ai mesuré, avec une bouteille de 2 L, la remontée réelle. En 6-7 secondes, la bouteille déborde, soit un débit réel compris entre 1200L/H et 1000L/H pour une seule pompe. Une pompe à donc été légèrement bridée pour ne remonter que 700-800L/H

En cas d’arrêt de la pompe, seule une hauteur de 2cm d’eau du bac principal redescend dans la décantation, soit un volume d’env. 22L… La hauteur d’eau en fonctionnement sera de 40cm dans la décantation, ainsi, en cas d’arrêt des pompes de remontée, la cuve principale va baisser de 2cm représentant moins de 22L, soit moins de 5,5cm dans la décantation ; celle-ci ne débordera donc pas en cas d’arrêt des pompes…

L’ECLAIRAGE

Encore un point sensible pour le CAF…faut que cela soit esthétique et ne consomme pas trop…bref, dur compromis… J’opte donc pour 3 HQI de 70w placés entre les renforts du bac. Chacun devra éclairer un carré de 60cm x 60cm x 50cm de hauteur d’eau ( soit 210w pour 525L net)

Les projecteurs seront fixés par de petites chaînes au plafond. Or, les projecteurs halogène sont prévus pour être fixés via des pattes décentrées sur l’arrière…

Le 4 janvier 2008

J’ai donc percé le carter des projecteurs pour centrer ces pattes et pouvoir ainsi les suspendre (attention, un premier perçage effectué trop haut tombait juste en face des support de l’ampoule…ne voulant pas prendre de risque et abîmer le support de l’ampoule avec la vis, j’ai percé de nouveaux trous quelques cm plus bas…)

On voit encore l’endroit d’origine où était fixées les pattes (et aussi le trou percé trop haut en face du support de l’ampoule…)

Et les voici en fonctionnement une fois les connections effectuées

Un rideau de fil noir ou marron viendra se mettre derrière les projecteurs et masquer les 3 câbles les alimentant. Le support et les extrémités de la cuve seront, quant à eux, habillés avec des pierres de parement fixées sur des planches de bois…

L’AMENAGEMENT DU BAC

Le 5 janvier 2008,

Le sol sera composé d’un substrat maison (50% de terre de bruyère tamisée, 15% d’argile verte et 35% de sable). J’ai utilisé 16-17L de terre de bruyère tamisée, 10L de sable et mes 5kg d’argile verte (soit env. 4L). Une couche d’env. 3 cm a été uniformément répartie et recouverte de 3-4 cm sable de quartz (grains ronds calibrés et lavés à 3euros les 25kg chez point P mais très clair grâce au quartz), et comme je souhaite un rendu plutôt sombre, le sable de quartz a été lui-même recouvert de 2cm de sable le Loire plus foncé (trop cher pour recouvrir l’ensemble du substrat avec ce sable…). Quelques poignées de sable de Loire seront encore ajoutées une fois le décor mis en place

Les 1er cm d’eau dans le bac : on voit le long de la vitre avant les différences de teinte entre les types de sable :

Le 6 janvier 2008

Le voici en eau (non sans crainte…c’est la première fois que je construis un support pour un tel volume…) Une racine trouvée en bordure d’un étang prend place coté gauche (cette *+*ç%& refuse de couler après 1 mois d’immersion en bassin, je suis obligé de lui fixer une plaque d’ardoise plutôt inesthétique) ainsi que quelques plantes prises dans le 450L encore en route (la pierre de droite était celle fixée à la racine pour l’immerger dans le bassin) :

De nombreuses échinos et autres plantes agrémenteront le bac. Les poissons et plantes du 450L ont été déménagés le 12 janvier 2008.

Petits trucs et astuces pratiques :

  Collage à la colle à papier peint du polystyrène sur le meuble…l’aqua glisse sur le support et le polystyrène sans déplacer ce dernier…l’ajustement du bac peut (je l’ai fait…) se faire seul en bougeant le bac d’un coté ou de l’autre sans ripper le polystyrène sur le support.

  Laisser suffisamment de place au niveau du support, sous les passe-cloison, cela permet d’y accéder avec une pince pour un bon serrage.

  Un fond en polystyrène peint en noir : fond lisse, nette, propre, peu cher par rapport au poster ou au Vénillia autocollant, laissant la vitre du fond intacte et…isolant en plus…

  Descente silencieuse (indispensable à un CAF optimal) : chute d’eau dans colonne faible (5-10 cm au plus) tuyau principal de prise d’eau noyé dans cette colonne via vanne de réglage, tuyau d’arrivé dans la décantation sous l’eau…je vous assure, on n’entend qu’un léger ronronnement des pompes…

  Collage à la colle spéciale tuyau PVC rigide du tuyau d’évacuation principal pour éviter tout risque de fuite, vue l’ouverture dans le fond du support, je peux sortir l’ensemble du tuyau collé sans devoir le couper. Assemblage « en force » avec du téflon du tuyau de secours pour un démontage et adaptation ultérieure. Avec la vanne qui bride l’évacuation principale, je ne me risquerais pas à maintenir les assemblages rien qu’avec du Téflon, il y a un gros risque de fuite ou de séparation des élément dû à la colonne d’eau dans le tube (tube plein d’eau car bridé par la vanne)…

PS : ni Aquagora, ni l’auteur de l’article ne pourraient être tenus comme responsables en cas d’accident, lors d’une réalisation similaire...


Creative Commons License

Ce texte a été rédigé par Ladenree pour AquAgora et mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

1 commentaire

  1. Le 24 septembre 2008 à 15:18

    Il y a moyen d’avoir des photos de l’habillage de l’aqua (surtotu des HQI) au final ?

    Merci,

    Xav

Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP