CAPA Facebook
 logo floraquatic  logo Nguyen   
Accueil du site > Les Guides > Propositions d'aquariums "clé en main"

54 litres type "débutant" : population "Ovovivipares"

Publié par ElTofi – 22 mars 2008

Un bac type facile à mettre en route et à maintenir sur le long terme. les Guppy, Platy et autres Molly sont souvent présentés comme des poissons de "débutant". Mais il y a bien d’autres espèces plus solides et aussi faciles à reproduire



Article sous licence :

CC by-nc-nd

Dans la même rubrique

On conseille souvent les Guppy, Platy et autres Molly comme poissons de "débutant". Malheureusement, ce n’est pas aussi simple et souvent, les variétés que l’on trouve dans le commerce sont souffreteuses, pour avoir été élevées trop industriellement. Elles meurent après quelques semaines chez le néophyte, sans qu’il sache vraiment pourquoi... Sans entrer dans le débat des poissons "à fort potentiel économique" que l’on gave de toutes sortes de produits (nourritures et médicaments) pour augmenter le rendement à court terme, je vous propose de créer ici un petit bac spécifique pour l’une ou l’autre variété de cette grande famille que sont les Ovovivipares...

Matériel pour un bac à Ovovivipares

Une cuve 54 litres du commerce "toute prête" comportant au minimum :

- un filtre interne mécanique et biologique
- un éclairage avec 1 tube fluorescent type "daylight"
- un chauffage avec thermostat de min. 50W
- un couvercle amovible qui permette de nourrir sans contrainte

Vous pouvez également obscurcir la vitre de fond par un film autocollant appliqué sur la face extérieure, afin d’améliorer le contraste entre vos plantes et le fond du bac. De plus, cela donnera une "profondeur de champ" à votre bac, qui n’en paraîtra que plus grand.

Substrat

Pour le type de plantation envisagée dans un tel bac, qui sera constitué de plantes aquatiques réelles ou de plantes à rizome, un sol nutritif n’est absolument pas nécessaire.

Une simple épaisseur de sable clair agrémentée de quelques galets sera largement suffisante (voir décor)

Plantation

Je vous propose ici une plantation qui n’est pas vraiment "géographiquement cohérente". Nous allons utiliser dans ce bac des plantes faciles à trouver dans le commerce et qui sont de plus très simples à entretenir. Simplement posée sur la couche de sable, je vous propose de mettre en pièce maîtresse de votre plantation, un pied mère de fougère de Java (Microsorum pteptorus)

JPG - 36.5 ko
Microsorum

que vous trouverez dans n’importe quelle animalerie. Evitez le piège de la placer en position centrale, ceci aurait pour effet de scinder votre bac en deux, créant un effet visuel malheureux. Il est plus agréable à l’oeil de le placer dans un tiers gauche ou droite, et de laisser l’oeil glisser depuis ce point d’accroche vers un élément secondaire de plantation.

Ce 2ème élément de plantation peut être de la mousse de Java (Vesicularia dubyana) simplement posée au sol, ou mieux encore, arrimée par un filet sur un morceau de racine ou de galet.

Au final, je vous propose de laisser flotter une plante strictement aquatique en surface, par exemple Ceratophyllum submersum (Cornifle) ou n’importe quelle plante de surface à très forte croissance.

JPG - 46 ko
Cornifle

On trouve par exemple le genre Salvinia ou Azola qui restent très basse sur la surface de l’eau, mais produisent de très esthétiques radicelles qui abritent une micro faune qui vous sera très utile.

Décor

La pièce maîtresse de votre décor étant le pied mère de Microsorum, il ne faudrait pas lui adjoindre un 2ème élément de grande taille... par contre, rien ne vous empêche de parsemer le sol avec quelques galets que vous pourriez avoir rammassés lors d’une promenade ...

Faites attention à la taille et aux proportions de ces galets. N’oublions pas qu’il s’agit d’un aspect secondaire du décor. Vous pouvez tabler sur un échantillonnage de 3 tailles, toutes plus petites que le pied de Microsorum...

Astuces :

Vous devez commencer par déposer votre couche de sable (environ 4-5 cm) sur la vitre de fond. Ensuite, vous placerez vos galets, puis, finalement vos plantes et autres éléments de décor.

Quand on veut recréer un fond sur la base sable - galets, le rendu le plus naturel est encore de laisser faire le hasard. Vous pouvez vous munir d’un doseur d’un litre (évitez de le prélever dans la cuisine, le Coefficient d’Acceptation du Conjoint ou CAC, en prendrait un grand coup) que vous remplissez à moitié d’un mélange de vos galets. Ensuite, immergez le doseur et déversez lentement le mélange sur le sol sableux, en suivant des lignes diagonales depuis la vitre du fond vers celle du devant. Les galets se répartiront très naturellement sur le sol.

Un autre truc est de garder une homogénéité dans vos galets. Représentant le fond d’une rivière, ils doivent avoir été prélevés au même endroit et de préférence être polis par l’eau. En effet, un amas de cailloux aux arrêtes vives et cassées ne serait pas très crédible dans notre petit bac, non ?

Population

Je vous propose par exemple de peupler ce petit paradis par un poisson que l’on trouvera dans toute animalerie : le Platy (Xyphophorus maculatus). Si vous avez l’occasion de vous fournir en bourse aquariophile, n’hésitez pas, la souche sera sans doute plus stable et solide.

Xypho corail

Il en existe des dizaines de variétés (wagtail, miroir, platy-lune, tuxedo, corail, simpson, etc...) mais attention : ne tombez jamais dans la "collectionnite", limitez-vous à une seule variété, bien représentée en harem, avec un ratio d’un seul mâle pour 3 femelles. Ce poisson atteignant la taille de 4 cm (pour les mâles) et de 6 cm (pour les femelles), un maximum de 8 poissons est acceptable dans votre bac... Ce d’autant plus que vous croulerez rapidement sous les reproductions !!!

xipho maculatus

Variante :

Ce poisson peut être remplacé par une autre espèce de Platy, le Platy perroquet (Xiphophorus variatus) qui est sensiblement plus grand (mâle 5.5 cm / femelle 7 cm) et dont vous devrez donc réduire le nombre d’individus en conséquence. 1 mâle pour 4 femelles serait un bon ratio.

xipho variatus

L’avantage de cette espèce est qu’elle accepte une eau plus fraîche, ce qui peut vous dispenser d’un combiné de chauffage dans le bac. On trouve aussi occasionnellement d’autres genre et espèces, telle que par exemple Poecilia mexicana, bien que cette espèce soit moins commune en animalerie.

Poecilia mexicana

2ème proposition : poissons "porte-épées"

Sous réserve d’augmenter la taille du bac (dès 80 cm de façade, soit 100 litres et plus), un autre choix possible est de se tourner vers les Xyphos porte-épées (Xyphophorus helleri) qui s’accomoderont très bien du même type de maintenance.

xipho porte épée

Variante :

Et si vous avez la chance de commencer avec un bac de taille adaptée, par exemple un 400 litres de minimum 120 cm de façade, vous pouvez héberger un poisson magnifique, mais très peu souvent maintenu dans des bonnes conditions : le Molly Voile (Poecillia velifera).

JPG - 43.4 ko
Molly voile

Attention toutefois, si ce poisson est superbe par sa voilure (qui n’est pas sans rappeler certains Marlins de pêche en mer sportive), il devient très grand, le mâle approchant les 15 cm et la femelle les dépassant allégrement !!!

L’avantage certain de cette espèce est qu’elle préfèrera une eau dure à très dure (30°GH) ce qui est souvent le cas de nos eaux de conduite européennes.

Pièges à éviter

Les formes "trafiquées" :

Dans le commerce aquariophile, on trouve des variétés obtenues par sélection extrême ou même manipulation génétique. Ce fait est particulièrement avéré avec les Ovovivipares. En effet, c’est avec ce type de poisson "pour débutant" que les magasins font la plus grosse partie de leur chiffre. L’aquariophile responsable ne doit jamais oublier qu’il a un pouvoir important : celui de choisir !!!

Ne vous laissez pas vendre de poissons difformes (Molly ballons par exemple). Ce que vous pourriez prendre pour une attitude bonhomme (oh, t’as vu, il nage tout de travers) est plus souvent un handicap créé "pour le fun" par l’homme.

JPG - 50.3 ko
Molly ballon

La surpopulation

Un petit banc d’une seule espèce sera beaucoup plus sain et facile à maintenir qu’une collection d’individus. On connaît déjà la règle du "1cm de poisson par litre d’eau réel". J’y ajouterais la règle tout à fait empirique suivante :

"le poisson le plus grand (long) ne doit pas dépasser le 10% de la longueur totale du bac."

Par exemple, pour notre 54 litres, qui fait une longueur totale de max. 50 cm, le poisson le plus long ne devrait pas dépasser 5 cm.

le surnourrissage

Votre bac est un petit volume fermé, avec une très faible inertie. Toute pollution due à une mort non découverte ou à un surnourrissage aura immédiatement des impacts importants sur votre population et votre plantation.

Résumé

- un équipement adapté +
- des plantes en grandes quantités +
- une toute petite population peu polluante +
- un nourrissage raisonnable +
- un entretien selon les préceptes de la FAQ AquAgora

=

- un bac qui roule sans soucis et vous apportera plein de bonheur...

D’autres suggestions ici : http://www.ivanov.ch/biotope/-americain/platy/ovovivipares.html

img Cette page écrite par ElTofi pour AquAgora est sous un contrat Creative Commons.

Portfolio



Ajouter un commentaire

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)


captcha

Association AquAgora | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | SPIP